mis à jour le

Tunisie : confusion autour d’un deuxième manifestant tué

ntre militants salafistes et policiers, selon des sources concordantes interrogées lundi par l’AFP, mais le ministère de l’Intérieur assure que ce décès n’est « pas lié » aux affrontements.

« Il y a eu deux morts cité Ettadhamen », a déclaré à l’AFP un officier de la garde nationale de cette banlieue de Tunis où les heurts ont fait rage dimanche.

Un représentant de l’organisation salafiste jihadiste Ansar Ashariaa a lui aussi assuré que deux personnes avaient été tuées en marge des affrontements avec la police.

« Mais ce ne sont pas nos militants », a-t-il déclaré, assurant qu’il s’agissait « d’activistes » communistes.

De son côté, le ministère de l’Intérieur maintient son bilan de la veille qui fait état d’un mort.

« Le deuxième mort n’est pas lié ni aux affrontements ni aux salafistes », a assuré un porte-parole du ministère Lotfi Heidouri.

Des heurts violents ont éclaté dimanche en banlieue de Tunis après que Ansar Ashariaa a voulu y organiser son congrès annuel faut d’avoir pu l’organiser à Kairouan (centre) où les forces de l’ordre avaient été déployées massivement pour empêcher ce rassemblement interdit.

AFP

Tunisie

AFP

Tunis et Londres s'attendent

Tunis et Londres s'attendent

AFP

Macron veut doubler les investissements français en Tunisie

Macron veut doubler les investissements français en Tunisie

AFP

Macron en Tunisie pour soutenir la fragile démocratie et son économie

Macron en Tunisie pour soutenir la fragile démocratie et son économie