mis à jour le

La presse algérienne critique ''le silence imposé'' sur l'état de santé du président Bouteflika

La presse algérienne a critiqué lundi "le silence imposé", par les autorités, sur l'état de santé du président algérien Abdelaziz Bouteflika, admis le 27 avril dernier dans un hôpital parisien suite à un accident ischémique transitoire, affirmant que le peuple algérien a le droit de "savoir la vérité".

Medi1 Radio

Ses derniers articles: Algérie: l'ex-chef de la diplomatie  Situation au Mali: le président mauritanien s'entretient avec le Haut représentant de l'UA pour le Mali et le Sahel  Message du président tunisien 

presse

AFP

Maroc: des vidéos au coeur du procès du patron de presse jugé pour violences sexuelles

Maroc: des vidéos au coeur du procès du patron de presse jugé pour violences sexuelles

AFP

Brazzaville: ouverture du procès Mokoko, la presse tenue

Brazzaville: ouverture du procès Mokoko, la presse tenue

AFP

Génocide au Rwanda: une association presse Emmanuel Macron de reconnaître la responsabilité de la France

Génocide au Rwanda: une association presse Emmanuel Macron de reconnaître la responsabilité de la France

critique

AFP

Malawi: le vice-président critique son régime et quitte le parti au pouvoir

Malawi: le vice-président critique son régime et quitte le parti au pouvoir

AFP

Mozambique: le gouvernement critiqué après l'agression d'un journaliste en vue

Mozambique: le gouvernement critiqué après l'agression d'un journaliste en vue

AFP

Troubles en Tunisie: le président Essebsi critique la presse étrangère

Troubles en Tunisie: le président Essebsi critique la presse étrangère

santé

AFP

Nigeria: les travailleurs de la santé mettent fin

Nigeria: les travailleurs de la santé mettent fin

AFP

Nigeria: la santé de Buhari l'empêche de gouverner, selon l'opposition

Nigeria: la santé de Buhari l'empêche de gouverner, selon l'opposition

AFP

Liberia: les effets d'Ebola sur le système de santé plus meurtriers que le virus

Liberia: les effets d'Ebola sur le système de santé plus meurtriers que le virus