mis à jour le

Un manifestant tué à Tunis dans les heurts avec la police

TUNIS (AFP) - (AFP)

Un manifestant a été tué dimanche dans les heurts opposant salafistes et policiers en banlieue de Tunis, ont annoncé l'hôpital dans lequel le jeune homme est décédé et le ministère de l'Intérieur.

La surveillante générale de l'hôpital Mongi Slim de la Marsa, Mounira Ben Ghazi a identifié le défunt comme Moez Dahmani, né en 1986.Elle a précisé qu'il était mort des suites d'une blessure par balle.

Le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Mohamed Ali Aroui a confirmé le décès à l'antenne de la chaîne Hannibal TV sans en préciser les circonstances.

Les heurts de dimanche en banlieue de Tunis opposaient militants du mouvement salafiste jihadiste Ansar Ashariaa et forces de l'ordre.

L'organisation salafiste a tenté d'organiser un rassemblement à la cité Ettadhamen après que les autorités ont empêché la tenue de son congrès annuel à Kairouan, à 150 km au sud de Tunis.

Africa n°1

Ses derniers articles: Les coups de coeur du 24/06/13  Mali : l'UE débloque 90 millions pour "consolider" l'Etat  Afrique du Sud : un syndicat veut doubler les salaires dans les mines 

Tunis

AFP

Libye:

Libye:

AFP

Attaque

Attaque

AFP

Le procès de l'attentat du Bardo s'ouvre en toute discrétion

Le procès de l'attentat du Bardo s'ouvre en toute discrétion

heurts

AFP

RDC: quatre civils et un policier tués dans des heurts

RDC: quatre civils et un policier tués dans des heurts

AFP

Niger: heurts entre policiers et manifestants anti-loi de Finances

Niger: heurts entre policiers et manifestants anti-loi de Finances

AFP

Kenya: heurts entre communautés

Kenya: heurts entre communautés

police

AFP

Zimbabwe: la police annonce un "retour

Zimbabwe: la police annonce un "retour

AFP

Egypte: un groupe jihadiste non connu revendique une embuscade contre la police

Egypte: un groupe jihadiste non connu revendique une embuscade contre la police

AFP

Somalie: 27 tués dans l'attaque de samedi, le chef de la police débarqué

Somalie: 27 tués dans l'attaque de samedi, le chef de la police débarqué