mis à jour le

Le groupe Tahkout à l’index

La chaîne de télévision privée s'apprêtait à diffuser une enquête sur la gestion du transport universitaire par le groupe. Le torchon brûle entre la direction de la chaîne de télévision privée de droit suisse, Numidia News TV, et le transporteur privé Mahieddine Tahkout. La polémique entre les deux entreprises enfle et prend des proportions graves. Les responsables de la chaîne, qui s'apprêtaient à diffuser «une enquête exclusive sur les graves dépassements du transporteur», affirment «avoir reçu diverses menaces proférées contre eux par les mis en cause». Nous avons été menacés de disparition pure et simple, d'être brûlés et de voir nos enfants kidnappés. Mais cela ne nous intimide pas», a affirmé une source de Numidia News au site économique Maghreb Emergent. La même source annonce la diffusion prochaine de l'enquête en question. «Une plainte contre X a été déposée en Suisse par le propriétaire de la chaîne, Mohamed Khadir», explique-t-elle. De leur côté, les responsables de l'entreprise Tahkout démentent. Contacté par El Watan, un responsable de l'entreprise affirme d'abord que le patron, Tahkout Mahieddine, est actuellement à Dubaï. «Mais nous allons animer une conférence de presse dans les prochains jours pour prouver que les informations de Numidia News n'ont aucune part de vérité», affirme-t-il. Y a-t-il une nouvelle affaire Tahkout-Numidia News après celle qui oppose le groupe au président d'Alliance Assurances, Hassan Khelifati ? Pourquoi ce transporteur qui a pu décrocher, depuis plusieurs années, le juteux contrat du transport universitaire est-il aujourd'hui au centre d'une grosse polémique ? Selon Numidia News TV, il y a au moins deux faits d'actualité qui ont motivé sa décision d'enquêter sur le groupe. Premier élément déclencheur : les plaintes d'une délégation des organisations estudiantines qui s'est rendue à la rédaction de la chaîne pour dénoncer «les mauvaises conditions du transport universitaire», assuré principalement par le groupe Tahkout. «Nous avons reçu la visite d'une délégation de syndicats étudiants qui se plaignaient des conditions de vie. Il a été beaucoup question du mauvais fonctionnement du transport assuré par l'entreprise Tahkout. Nous avons mis un journaliste sur cette piste et nous avons découvert qu'il y avait un écart inexpliqué entre le nombre de bus revendiqués par Tahkout Mahieddine et le nombre réellement assuré. Le premier est de 6000 et le second de 1800», expliquent les responsables de la chaîne à Maghreb Emergent. «Appel à témoins» Le second événement est, explique-t-on, le conflit juridique avec l'assureur Alliance Assurances «qui nous a appris que le groupe Tahkout avait déjà un conflit du même genre pour non-paiement avec la CNMA et avec GAM Assurances». Pour les besoins de son enquête, la chaîne a posté sur son site internet une sorte d'«appel à témoins (1,39 minute)» à l'adresse de «tous ceux qui ont été victimes des dépassements du groupe en question».   La chaîne privée se serait également intéressée aux activités à l'international du groupe Tahkout qui «sont non connues par le fisc et la Banque d'Algérie, les changements périodiques de registre du commerce du groupe et un supposé trafic sur les vignettes de la flotte de bus». Il y a quelques jours, Numidia News avait diffusé un bandeau affirmant que «l'enquête sur la tentative de kidnapping du fils de Khelifati s'orientait vers un transporteur». Un bandeau qui a été vite retiré.        

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien