mis à jour le

Visite de Mme Valérie Trierweiler au Mali : VERITABLEMENT DE CŒUR AVEC LES ENFANTS VULNERABLES

L'épouse du président de la République par intérim Mme Traoré Mintou Doucouré et son hôte ont visité plusieurs structures de prise en charge des enfants en situation difficile, où elles ont multiplié les gestes concrets de solidarité

La compagne du président français, François Hollande, Mme Valérie Trierweiler a bouclé sa visite de 72 heures dans notre pays à l'invitation de Mme Traoré Mintou Doucouré, dans la soirée du vendredi. Cela, au terme d'une journée bien chargée qui a conduit l'épouse du président de la République par intérim Mme Traoré Mintou Doucouré et l'hôte de marque au Village d'enfants SOS de Sanankoroba, à la pédiatrie de l'hôpital Gabriel Touré ainsi qu'à la Pouponnière de Bamako-Coura.

Ces visites ont encore une fois démontré la grande générosité des deux Premières dames en faveur des personnes en détresse particulièrement les femmes et les enfants. Au VSOS de Sanankoroba, première étape de la journée, la délégation a été accueillie par les autorités administratives et politiques du cercle ainsi que celles de la Région de Koulikoro. A l'entrée de l'établissement humanitaire, l'atmosphère était bon enfant. Les enfants et leurs mamans SOS ont tenu à réserver un accueil mémorable aux visiteurs de marque.

Cette structure accueille actuellement 143 enfants orphelins abandonnés ou relevant de cas sociaux auxquels se sont ajoutés 67 enfants du VSOS de Mopti évacués après l'occupation des régions du nord du pays par les bandits armés.

Ici, Mintou Doucouré et Valérie Trierweiler ont remis des vivres, des fournitures scolaires, des jouets et une enveloppe symbolique d'un million de Fcfa.

Les vivres composés de 10 sacs de sucre, 25 sacs de couscous, 15 bidons d'huile, 10 cartons pâte de tomate, autant de lait, 30 cartons de pâtes alimentaires, 5 cartons de café et 5 sacs de sel ainsi que la somme d'un million ont été offerts par Mme Traoré Mintou Doucouré. Il faut rappeler que l'argent est une contribution des Maliens résidant dans l'Etat de Washington. La somme avait été remise à l'épouse du président de la République par intérim lors d'une visite aux Etats-Unis. Elle est destinée à soutenir les victimes de la crise dans notre pays.

Mme Valérie Trierweiler a, quant à elle, offert une importante quantité de jouets et de matériels didactiques.

Dans son intervention, Mme Traoré Mintou Doucouré, a expliqué qu'elle est venue avec son hôte, la Première dame de France, encourager les enfants dans leurs études et féliciter les encadreurs et les mamans et tantes SOS pour leur noble et beau travail. Elle a tenu à préciser que mis à part le don en espèces, toutes les donations qu'elle a offertes aux enfants du VSOS proviennent d'une opération initiée par les Premières dames d'Afrique à travers leur organisation dénommée  « Mission Paix ».

L'épouse du président de la République par intérim a vivement remercié les  Premières dames du continent et celle de France pour leur solidarité et leur générosité. La présence de Valérie Trierweiler dans notre pays et aux côtés des couches les plus vulnérables a relevé, Mme Traoré Mintou Doucouré, est le témoignage éloquent de son attachement aux valeurs humanitaires et de solidarité.

La compagne du président français, s'est de son côté dite impressionnée par ce qu'elle a pu découvrir à travers ce voyage dans notre pays. « Ce qui ce passe dans ce village SOS pour enfants est un travail remarquable et d'engagement. Un travail  à féliciter  et à encourager. C'est vraiment une leçon de vie et un bel exemple de solidarité et d'assistance », a-t-elle indiqué, en appelant à la générosité de tous pour venir en aide à ces enfants en situation difficile.  Mme Valérie Trierweiler a par ailleurs rassuré que les nombreux messages de remerciement et de reconnaissance adressés à François Hollande lui seront fidèlement transmis.

Les responsables du VSOS ainsi que les enfants ont remercié leurs hôtes pour cette marque de générosité et de solidarité à leur égard. Les responsables ont témoigné que depuis la création de la structure en 1987, leur partenaire historique qu'est l'Association Village d'enfants SOS de France ne cesse de soutenir et accompagner l'établissement. Cette assistance a permis au VSOS la création de 3 autres villages avec jardins d'enfants et écoles et un 4è village qui sera inauguré prochainement à Kayes.

L'un des temps forts de cette visite a été certainement la danse chorégraphique des enfants du VSOS rendant hommage aux présidents français et maliens. La scène était destinée à magnifier les liens de fraternité et d'amitié existant entre les deux pays.

Après Sanankoroba, les deux Premières dames ont successivement visité la pédiatrie de l'hôpital Gabriel Touré et la Pouponnière de Bamako-Coura. A la pédiatrie, Valérie Trierweiler a offert des jouets, des livres pour enfant, du matériel médical. D'autres dons ont été remis à la Pouponnière.

Signalons par ailleurs que Mme Valérie Trierweiler a été  faite par la mairie de la capitale « Citoyenne d'honneur de Bamako». C'était lors d'un déjeuner offert à son hôte par Mme Traoré Mintou Doucouré.

M. A. TRAORE

 

Conférence de presse : ECLAIRAGES UTILES 

 

La visite de Mme Valérie Trierweiler dans notre pays a été bouclée par une conférence de presse animée par la Première dame de France et son homologue du Mali, Mme Traoré Mintou Doucouré. Dans cet échange avec  les hommes de médias français et maliens, les deux Premières dames ont fait le compte rendu des trois jours de visite qui les ont conduites à Gao, Sanankoroba, à la pédiatrie de l'hôpital Gabriel Touré et à la Pouponnière de Bamako-Coura.

La compagne de François Hollande, a profité de cette tribune pour remercier Mme Traoré Mintou Doucouré et nos compatriotes pour l'accueil chaleureux qui lui a été réservé. Elle  précisera ensuite que c'était la troisième fois qu'elle se rendait  dans notre pays.  Et cette fois-ci  dans un contexte totalement différend des deux précédentes occasions, avec un pays miné par la crise humanitaire et sécuritaire. Mme Valérie Trierweiler a confié qu'elle a beaucoup souffert en voyant les images des exactions auxquelles se livraient les bandits armés qui occupaient les régions du nord. « J'ai eu des larmes aux yeux en voyant les images de ce qui se passait au Mali », a-t-elle dit.

La Première dame de France a ensuite indiqué qu'en se rendant à Gao, elle a été très réconfortée par le retour à la normale dont les signes évidents sont la reprise des activités, le retour de l'administration et des personnes déplacées ou refugiées. Elle a assuré qu'autant,  la France a répondu présent à l'appel de notre pays pour lui permettre de retrouver son intégrité territoriale et la liberté, autant elle sera là pour la reconstruction.

Justement à propos de la réconciliation, Mme Valérie Trierweiler avait annoncé à Gao, la mise à disposition de cette ville à travers des Ong françaises, d'un fonds 500 000 euros ou 327,5 millions de Fcfa. Cette enveloppe qui a été mobilisée par le ministère français chargé du Développement est destinée aux secteurs de la santé et de l'agriculture. Mais l'aide française dans son ensemble ne concernera pas que le nord, elle bénéficiera à tout le pays.

La compagne du président français a encore une fois insisté sur le caractère humanitaire de son séjour malien. Ambassadeur de la Fondation Danielle Mitterrand, de l'ancienne Première dame de France, et très sensible à ce qui se passe en Afrique singulièrement dans notre pays, Valérie Trierweiler  promet qu'elle continuera à ½uvrer dans l'humanitaire sans pour autant créer sa propre fondation.

Me Traoré Mintou Doucouré a pour sa part salué une nouvelle fois l'intervention française militaire française dans notre pays qui a permis de chasser les jihadistes qui semaient la terreur dans les régions du nord.

Expliquant les raisons qui l'ont conduite à inviter Mme Trierweiler, elle indiqué qu'il s'agissait d'abord de permettre à l'hôte de marque de constater les conséquences de l'occupation des régions septentrionales. « Elle n'allait certainement pas être aussi sensible et interpellée si dans cette école à Gao elle n'avait pas été témoin de la scène qui montre plus d'une centaine d'enfants assis à même le sol dans leur classe», a  souligné Mme Traoré Mintou Doucouré.

La conférence de presse commune des deux Premières dames a donné l'occasion à des confrères français d'évoquer la question relative à l'interdiction par nos autorités de l'adoption internationale des enfants maliens. Comment comprendre qu'il existe autant d'orphelins dans notre pays et que des dossiers pour les adoptions internationales soient rejetés ? A cette question, le ministre de la Famille, de la Promotion de la Femme et de l'Enfant, Mme Alwata Ichata Sahi présente à la conférence de presse a répondu que c'est en fait le Code de la famille qui interdit l'adoption internationale. Tant que ce code ne fera pas l'objet d'une relecture, on ne peut rien faire dans ce domaine.

M. A. T

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

visite

AFP

Algérie: la visite de Merkel reportée

Algérie: la visite de Merkel reportée

AFP

A Alger, Macron en visite aussi symbolique que stratégique

A Alger, Macron en visite aussi symbolique que stratégique

AFP

Egypte: Sissi reçoit le président libanais pour sa première visite

Egypte: Sissi reçoit le président libanais pour sa première visite

Mali

AFP

Religieuse colombienne enlevée: recherches au Mali et au Burkina

Religieuse colombienne enlevée: recherches au Mali et au Burkina

AFP

CAN: le Mali éliminé sans gloire dans la pataugeoire d'Oyem

CAN: le Mali éliminé sans gloire dans la pataugeoire d'Oyem

Football

Le Mali espère un miracle à la CAN 2017

Le Mali espère un miracle à la CAN 2017

enfants

AFP

A Johannesburg, une école pour enfants réfugiés victimes de xénophobie

A Johannesburg, une école pour enfants réfugiés victimes de xénophobie

AFP

Côte d'Ivoire: un refuge pour les enfants "maudits"

Côte d'Ivoire: un refuge pour les enfants "maudits"

AFP

Ouganda: enlevés et brutalisés, le calvaire des enfants soldats

Ouganda: enlevés et brutalisés, le calvaire des enfants soldats