mis à jour le

Autant le dire… : L'opposition a contribué à la création du Sénat

L'Assemblée nationale est par essence l'épicentre du débat démocratique et contradictoire dans un système démocratique. C'est pourquoi, dans certaines démocraties comme la nôtre par exemple, on a tout fait pour que les petites formations politiques s'y trouvent et y mènent le débat. Mais quand l'opposition parlementaire fuit le débat à l'Assemblée nationale et fait recours à la rue, il y a comme une fuite de responsabilités parlementaires.

En effet, on a l'impression que l'opposition burkinabé préfère la rue aux véritables débats politiques. Quand il s'est agi des réformes politiques et institutionnelles, on avait pensé qu'elle y prendrait part, pour y asseoir le débat et porter haut sa voix, quitte à claquer la porte par la suite. Malheureusement, elle n'y était pas, préférant boycotter ces débats sur toute la ligne. Tout en choisissant de « salir les colonnes » des journaux de déclarations et envahir les antennes des télévisions et radios pour se faire entendre. Ce qui n'avait pas empêché le débat d'avoir lieu. Comme le chien qui aboie et la caravane passe, les réformes ont été adoptées et la Constitution a été révisée pour les prendre en compte. Alors qu'il suffisait que cette opposition se trouvaât aux débats et qu'il n'y ait pas eu de consensus sur la mise en place du Sénat et on en serait sans doute pas là. Comme on le voit, maladroitement, elle a même contribué à la création du Sénat.

Aujourd'hui encore, elle a boycotté les débats dans les commissions au niveau de l'Assemblée sur la mise en place du même Sénat, préférant aller à Kombissiri pour y pondre une déclaration. Ce qui n'a pas empêché les débats de se dérouler. Heureusement, le 21 mai prochain, date de l'examen en plénières de la loi organique portant création du Sénat, elle a choisi de « parler » dans l'hémicycle. Ce qui est bien démocratique et qui lui donnera plus de crédit. Ce qu'elle aurait pu faire depuis les travaux en commissions, peut-être qu'elle aurait pu influer d'une manière ou d'une autre sur certaines questions telles que le nombre de sénateurs, le mode de désignation, pourquoi pas reporter la date de mise en place du Sénat ? etc. Malheureusement, elle avait préféré « aller dans la rue » au détriment du débat parlementaire contradictoire.

Qu'est-ce que cette manière de procéder cache ? Est-ce à dire que l'opposition politique parlementaire manque tant d'arguments pour affronter le parti au pouvoir et se faire entendre ? Est-ce à dire qu'elle manque tant de stratégies pour peser d'une manière ou d'une autre sur les débats à l'hémicycle ? Car, on pourrait comprendre qu'en se comportant ainsi, en abandonnant les débats alors qu'elle sait bien que ce n'est pas dans la rue qu'elle pourra changer les choses, l'opposition devient de facto complice, même si elle ne le veut pas, de certaines décisions au nom de la démocratie.

C'est pourquoi les opposants politiques burkinabé, notamment au niveau de l'Assemblée nationale, doivent pouvoir s'organiser autrement pour participer aux débats au sein de l'hémicycle, même s'ils y sont minoritaires. Quant à la rue, elle appartient à ceux d'entre eux qui, malgré leur engagement et leur bonne volonté, n'ont pu conquérir le c½ur des électeurs en vue d'obtenir un représentant au parlement. Ainsi, l'opposition se battra sur deux fronts à partir desquels elle pourra s'exprimer. Au cas contraire, tel qu'elle le fait actuellement, elle n'aura pas représenté et exprimé la volonté des électeurs qui lui ont porté leurs voix. Dans tous les cas, il est établi que la politique de la chaise vide ne paie jamais. Mieux, elle contribue très souvent à discréditer aux yeux de l'opinion ceux qui la pratiquent, car, il est généralement établi que la conquête du pouvoir se fait difficilement dans la rue. A moins que...

Dabaoué Audrianne KANI

L'Express du Faso

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

création

AFP

Migration: création en Tunisie d'une instance contre les trafics d'êtres humains

Migration: création en Tunisie d'une instance contre les trafics d'êtres humains

AFP

Radicalisation: Hollande pour la création d'un réseau francophone

Radicalisation: Hollande pour la création d'un réseau francophone

AFP

Côte d'Ivoire: Le président Ouattara annonce la création d'un poste de vice-président

Côte d'Ivoire: Le président Ouattara annonce la création d'un poste de vice-président

sénat

AFP

Nigeria: le président en "bonne santé", selon le président du Sénat

Nigeria: le président en "bonne santé", selon le président du Sénat

AFP

Mauritanie: le président Aziz annonce un référendum constitutionnel pour supprimer le Sénat

Mauritanie: le président Aziz annonce un référendum constitutionnel pour supprimer le Sénat

AFP

Nigeria: rejet du recours du président du Sénat accusé de fausse déclaration de patrimoine

Nigeria: rejet du recours du président du Sénat accusé de fausse déclaration de patrimoine