mis à jour le

Egypte: une vidéo des otages diffusée, le président refuse de négocier

Le président égyptien Mohamed Morsi a rejeté dimanche toute négociation avec les ravisseurs de sept policiers et soldats dont une vidéo a été mise en ligne dans la journée.

"Il n'y a aucune négociation avec les criminels et la crainte de l'Etat sera préservée", a affirmé M. Morsi, cité par l'agence officielle Mena.

Une vidéo mise en ligne dimanche via un compte anonyme sur YouTube montre les sept otages, yeux bandés et mains sur la tête, déclinant leur identité face à la caméra.

L'un d'eux est tenu en joue par un fusil, probablement tenu par quelqu'un hors cadre, tandis qu'un autre déclare que les ravisseurs réclament la libération de "militants politiques" bédouins détenus, mentionnant un bédouin condamné à mort pour une attaque contre un poste de police en 2011 à El-Arich, dans le Nord-Sinaï.

"Nous espérons que vous, président, relâcherez aussi rapidement que possible les militants politiques du Sinaï, car nous ne pouvons plus supporter la torture", dit l'un des otages.

La vidéo a ensuite été retirée de YouTube, où un message expliquait qu'elle était contraire à sa "politique sur la violence".

Sollicitée par l'AFP, l'armée n'a pas répondu.

Les trois policiers et quatre soldats ont été enlevés jeudi dans la péninsule égyptienne du Sinaï par des hommes armés réclamant la libération d'un groupe de prisonniers détenus dans un poste de police dans le Nord-Sinaï. Les policiers enlevés travaillaient au point de passage de Rafah.

Leur enlèvement avait suscité la colère de leurs collègues qui avaient fermé en représailles un point de passage commercial sur la frontière avec Israël et le passage de Rafah avec la bande de Gaza.

La sécurité dans le Sinaï s'est fortement dégradée depuis le soulèvement qui a chassé du pouvoir le président Hosni Moubarak début 2011, avec une multiplication des enlèvements et des attentats.

Le nord de la péninsule désertique, sous-développé, est devenu le refuge de nombreux groupes islamistes, tandis que le sud prospère grâce aux revenus touristiques tirés de ses plages.

Les ravisseurs sont en général des Bédouins qui veulent échanger leurs otages contre des proches emprisonnés, mais des militants islamistes ont également profité de la situation pour utiliser le Sinaï comme tremplin pour des attaques dans le Sinaï ou contre Israël.

AFP

Ses derniers articles: Décès de l'ancien leader des Frères musulmans Mehdi Akef  Le Gabon dénonce un "acharnement" après la résolution du Parlement européen  Les musiciens Amadou et Mariam plus unis que jamais dans "La Confusion" 

vidéo

AFP

Afrique du Sud: nouvelle vidéo accablante au procès de deux fermiers blancs

Afrique du Sud: nouvelle vidéo accablante au procès de deux fermiers blancs

AFP

Maroc: la justice ordonne une enquête après une vidéo controversée de Zefzafi

Maroc: la justice ordonne une enquête après une vidéo controversée de Zefzafi

AFP

Nigeria: Boko Haram diffuse la vidéo d'une lycéenne qui refuse d'être libérée

Nigeria: Boko Haram diffuse la vidéo d'une lycéenne qui refuse d'être libérée

otages

AFP

Otages d'Arlit: pas de lien avec l'assassinat de journalistes de RFI

Otages d'Arlit: pas de lien avec l'assassinat de journalistes de RFI

AFP

Retour en Italie des deux ex otages de l'EI en Libye

Retour en Italie des deux ex otages de l'EI en Libye

AFP

Deux Italiens otages de l'EI en Libye libérés

Deux Italiens otages de l'EI en Libye libérés

président

AFP

Soudan: trois morts au Darfour où le président Béchir est en visite

Soudan: trois morts au Darfour où le président Béchir est en visite

AFP

Ouganda: des étudiants manifestent contre la suppression de la limite d'âge du président

Ouganda: des étudiants manifestent contre la suppression de la limite d'âge du président

AFP

Nkosazana Dlamini Zuma, l'énigmatique ex-épouse du président

Nkosazana Dlamini Zuma, l'énigmatique ex-épouse du président