mis à jour le

Egypte: une vidéo des otages diffusée, le président refuse de négocier

Le président égyptien Mohamed Morsi a rejeté dimanche toute négociation avec les ravisseurs de sept policiers et soldats dont une vidéo a été mise en ligne dans la journée.

"Il n'y a aucune négociation avec les criminels et la crainte de l'Etat sera préservée", a affirmé M. Morsi, cité par l'agence officielle Mena.

Une vidéo mise en ligne dimanche via un compte anonyme sur YouTube montre les sept otages, yeux bandés et mains sur la tête, déclinant leur identité face à la caméra.

L'un d'eux est tenu en joue par un fusil, probablement tenu par quelqu'un hors cadre, tandis qu'un autre déclare que les ravisseurs réclament la libération de "militants politiques" bédouins détenus, mentionnant un bédouin condamné à mort pour une attaque contre un poste de police en 2011 à El-Arich, dans le Nord-Sinaï.

"Nous espérons que vous, président, relâcherez aussi rapidement que possible les militants politiques du Sinaï, car nous ne pouvons plus supporter la torture", dit l'un des otages.

La vidéo a ensuite été retirée de YouTube, où un message expliquait qu'elle était contraire à sa "politique sur la violence".

Sollicitée par l'AFP, l'armée n'a pas répondu.

Les trois policiers et quatre soldats ont été enlevés jeudi dans la péninsule égyptienne du Sinaï par des hommes armés réclamant la libération d'un groupe de prisonniers détenus dans un poste de police dans le Nord-Sinaï. Les policiers enlevés travaillaient au point de passage de Rafah.

Leur enlèvement avait suscité la colère de leurs collègues qui avaient fermé en représailles un point de passage commercial sur la frontière avec Israël et le passage de Rafah avec la bande de Gaza.

La sécurité dans le Sinaï s'est fortement dégradée depuis le soulèvement qui a chassé du pouvoir le président Hosni Moubarak début 2011, avec une multiplication des enlèvements et des attentats.

Le nord de la péninsule désertique, sous-développé, est devenu le refuge de nombreux groupes islamistes, tandis que le sud prospère grâce aux revenus touristiques tirés de ses plages.

Les ravisseurs sont en général des Bédouins qui veulent échanger leurs otages contre des proches emprisonnés, mais des militants islamistes ont également profité de la situation pour utiliser le Sinaï comme tremplin pour des attaques dans le Sinaï ou contre Israël.

AFP

Ses derniers articles: Quatre diplomates américains ouvrent des comptes bancaires au Soudan  Le roi du Maroc gracie la journaliste emprisonnée pour avortement illégal  Afrique du Sud: manifestation de réfugiés contre les violences xénophobes 

vidéo

AFP

Algérie: enquête après une vidéo montrant des manifestants matraqués

Algérie: enquête après une vidéo montrant des manifestants matraqués

AFP

Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique

Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique

AFP

Côte d'Ivoire: un festival pour promouvoir l'industrie du jeu vidéo en Afrique

Côte d'Ivoire: un festival pour promouvoir l'industrie du jeu vidéo en Afrique

otages

AFP

La France prépare l'hommage aux soldats tués en libérant les otages

La France prépare l'hommage aux soldats tués en libérant les otages

AFP

Enlèvements au Cameroun: trois otages libérés lundi en zone anglophones

Enlèvements au Cameroun: trois otages libérés lundi en zone anglophones

AFP

Nigeria: un navire suisse attaqué par des pirates, 12 otages

Nigeria: un navire suisse attaqué par des pirates, 12 otages

président

AFP

Diplomatie, anticorruption, décentralisation: les dossiers du futur président tunisien

Diplomatie, anticorruption, décentralisation: les dossiers du futur président tunisien

AFP

Tunisie: Kais Saied, un président élu par les jeunes

Tunisie: Kais Saied, un président élu par les jeunes

AFP

Les Tunisiens élisent leur président après un mois riche en rebondissements

Les Tunisiens élisent leur président après un mois riche en rebondissements