mis à jour le

Santé Bouteflika : un patron de presse accusé d'atteinte à la sécurité de l'Etat

ALGER (AFP) - (AFP)

Le parquet d'Alger a ordonné dimanche l'ouverture d'une information judiciaire "pour atteinte à la sécurité de l'Etat" contre le directeur de publication de deux quotidiens censurés pour avoir annoncé une "détérioration" de l'état de santé du président Abdelaziz Bouteflika.

Hichem Aboud est accusé d'"atteinte à la sécurité de l'Etat, à l'unité nationale, à la stabilité et au bon fonctionnement des institutions", selon un communiqué du parquet cité par l'agence algérienne APS.

Il a tenu, selon le parquet, des "propos infondés" selon lesquels M. Bouteflika, hospitalisé le 27 avril à Paris, serait rentré mercredi à l'aube à Alger dans "un état comateux".

Dans son communiqué, le parquet explique que les poursuites ont lieu "suite aux propos tendancieux tenus sur certaines chaînes d'information étrangères, dont France 24, par le dénommé Aboud Hichem, sur l'état de santé du président de la République (...), et compte tenu de l'impact négatif direct de ces rumeurs sur l'opinion publique nationale et internationale".

Les autorités ont saisi samedi soir les deux quotidiens de M. Aboud, qui avaient publié en Une un dossier de deux pages sur l'état de santé de M. Bouteflika.Hichem Aboud a indiqué à l'AFP détenir ses informations de "sources médicales françaises et des proches de la présidence algérienne."

"Les deux journaux ont été saisis samedi soir à l'imprimerie", a déclaré cet ancien militaire devenu opposant.

"Le ministère de la Communication nous a demandé de supprimer les deux pages de l'édition de dimanche consacrées à l'état de santé du président Bouteflika", mais "nous avons refusé l'autocensure", a-t-il dit, expliquant qu'il était "techniquement impossible" de supprimer deux des 24 pages de ces éditions.

Si ces informations sur l'état de santé du président "étaient non fondées, le mieux pour les autorités aurait été de publier un communiqué du médecin personnel du président pour démentir ces informations ou, mieux encore, de diffuser des images de M. Bouteflika", a-t-il précisé.

Il s'agit du premier cas de censure depuis des années en Algérie.

Africa n°1

Ses derniers articles: Les coups de coeur du 24/06/13  Mali : l'UE débloque 90 millions pour "consolider" l'Etat  Afrique du Sud : un syndicat veut doubler les salaires dans les mines 

santé

AFP

Nigeria: les doutes sur la santé du président font craindre une crise politique

Nigeria: les doutes sur la santé du président font craindre une crise politique

AFP

Algérie: nouvelles interrogations sur la santé de Bouteflika

Algérie: nouvelles interrogations sur la santé de Bouteflika

AFP

Malawi: le président Mutharika balaie les rumeurs sur son état de santé

Malawi: le président Mutharika balaie les rumeurs sur son état de santé

Bouteflika

AFP

Algérie: l'invisible président Bouteflika fête ses 80 ans

Algérie: l'invisible président Bouteflika fête ses 80 ans

Lord of war

L'Algérie, premier importateur d'armes sur le continent africain

L'Algérie, premier importateur d'armes sur le continent africain

AFP

Algérie: la visite de Merkel reportée

Algérie: la visite de Merkel reportée

presse

AFP

Égypte: prison avec sursis pour l'ex-président du syndicat de la presse

Égypte: prison avec sursis pour l'ex-président du syndicat de la presse

AFP

CAN-2017: RSF sort ses cartons rouges contre les atteintes

CAN-2017: RSF sort ses cartons rouges contre les atteintes

AFP

Egypte: 2 ans de prison pour le président du syndicat de la presse

Egypte: 2 ans de prison pour le président du syndicat de la presse