mis à jour le

Désarmement des groupes armés au nord du Mali : Entre dialogue politique et utilisation de la violence légitime

L'élection présidentielle approche à grands pas. Elle est prévue pour le mois de juillet 2013, selon les prévisions initiales. Or,  force est de constater qu’une partie du territoire malien demeure occupée par des groupes armées « qui refusent le redéploiement de l’administration » et la présence de l’armée malienne dans cette zone. Ces derniers souhaitent d’abord l’ouverture du dialogue avant un éventuel désarmement.

Kidal est toujours sous contrôle du Mouvement national de libération de l'Azawad, le MNLA.
wikipedia

Il est bon de noter à ce niveau, comme le disait Max Weber, sur son territoire seul « l’Etat possède le monopole de la contrainte physique légitime ». Cela ne signifie pas que la violence soit le seul moyen de l’Etat, ni même son moyen ordinaire. Mais, elle constitue le dernier recours. Il ne signifie jamais que l’Etat est le seul à faire usage de la violence dans son territoire. La criminalité, le terrorisme, la rébellion, et toutes sortes de violence privées subsistent, fut-ce à l’état résiduel. Mais, est le Seul à être autorisé à faire usage de la force.

Partant de ce constat, la présence d’une « force armée » parallèle dans le nord du Mali et qui défie l’Etat malien, est une situation qui porte atteinte à son existence. Pour mettre fin à cette situation l’Etat malien a deux solutions, qui poursuivent le même but, puisque dans les deux cas, la finalité est politique, seuls les moyens divergent. Il s’agit du dialogue (convaincre) et la guerre (contraindre).

Comme l’écrivait Clausewitz au XIXè siècle : « La guerre n'est que la simple continuation de la politique avec d'autres moyens ». En effet, qu’est-ce que la guerre, si ce n’est le moyen de faire aboutir un projet politique auquel ne sont pas parvenues diverses pressions pacifiques assorties de négociations ? Les hautes technologies, avec l’armement qui en est issu, donnant lieu à une course échevelée, sont un moyen d’obtenir la victoire militaire. Ce qui conduit en fait à l’atteinte de l’objectif politique assigné, à savoir, la libération totale des territoires occupés et les élections libres en juillet 2013. Commandée par la politique, la guerre est un acte réfléchi et rationnel, dans la mesure où la politique l’est aussi. Cela implique que la guerre est le moyen ultime de résoudre un différend transformé en conflit. Le conflit armé est en soi le résultat de l’échec d’une négociation qui en est arrivée à un ultimatum, formulé ou non et repoussé. Il y a lieu de considérer que la majeure partie des différends internationaux ou intra étatiques sont résolus par une négociation, bien avant leur transformation en conflit, puis en conflit armé ouvert, c’est-à-dire en guerre…

La situation de Kidal, si elle devait perdurer, n'échapperait pas à cette logique. Et l’Etat malien serait amené à user de son monopole de la violence légitime pour contraindre les groupes armés à désarmer, sans préalable.

Mastro MORETTI

désarmement

AFP

Centrafrique: négociations sans précédent en vue du désarmement des milices

Centrafrique: négociations sans précédent en vue du désarmement des milices

AFP

Burkina: les ex-putschistes "refusent" de poursuivre le désarmement (état-major des armées)

Burkina: les ex-putschistes "refusent" de poursuivre le désarmement (état-major des armées)

AFP

Côte d'Ivoire: fin de l'opération de désarmement des ex-combattants

Côte d'Ivoire: fin de l'opération de désarmement des ex-combattants

armes

AFP

Centrafrique: une centaine de Congolaises interpellées par des hommes armés

Centrafrique: une centaine de Congolaises interpellées par des hommes armés

AFP

Burkina: une école incendiée par des individus armés

Burkina: une école incendiée par des individus armés

AFP

Nigeria : 10 chercheurs d'or tués par des hommes armés

Nigeria : 10 chercheurs d'or tués par des hommes armés

Mali

AFP

Réfugiés

Réfugiés

AFP

Les opposants

Les opposants

AFP

Mali : cinq jihadistes tués par les forces françaises

Mali : cinq jihadistes tués par les forces françaises