mis à jour le

Qui pour sauver l’APR?


C'est connu. Il y a bien des velléités de dualité au sommet du parti, parce que justement il n'y a pas de numéro deux à l'APR. Longtemps ABC a fait office de coordonnateur, mais sans jamais réellement être le chef adjoint. Un tel climat pourtant, ne peut qu'engendrer broderie de contrevérités, démentis perpétuels, sans compter des coups bas qui ne profitent guère aux vrais militants. C'est à dire, les indignés de l'ère Wade qui s'étaient joints à Macky pendant sa traversée du désert. Certes, il est prématuré et dangereux, pour le parti APR, de s'adonner à des querelles de préséance ou de succession avant l'heure, alors que la patrie est essoufflée et confrontée à des problèmes plus importants, mais tout de suite, son président doit penser à un relai fiable et sûr pour l'aider à se massifier, si jamais il continue nourrit de grandes ambitions.

Un parti qui vient de naître n'a pas besoin de ces querelles intestines qui minent présentement le parti au pouvoir, alors qu'il y aurait même de grands responsables qui travaillent secrètement à sa destruction. Il faut que les principes républicains dont il se prévaut soient respectés pour pouvoir lui conférer une légitimité et une longévité.
Alors qui va devenir le bras droit de Sall, quand on sait que l'APR a assez perdu de temps, avec ces querelles stériles qui l'empêchent de grandir et de murir ? C'est à Macky seul de chercher, de trouver, et de se prononcer rapidement, sous peine de voir l'APR se disloquer à une vitesse qu'il est loin de soupçonner.
CHEIKH BA
REWMI QUOTIDIEN