mis à jour le

AGRICULTURE : Deux projets pour L’amélioration des rendements

Pour améliorer les revenus de l'alimentation en Afrique de l'Ouest et du centre et permettre un meilleur accès au marché international, entre autres objectifs, le Conseil Ouest Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles (Coraf/Wecard) a lancé, hier, deux projets financés par le «Multi Donnors Trust Fund» pour un montant de plus de 1 million de Dollars Canadien, a révélé son Directeur exécutif, Harold Roy Macaurey.


En présence du Directeur de l'Isra, Macoumba Diouf, le Directeur Exécutif du Coraf a noté que ce projet intégrait deux éléments fortement utilisés dans notre alimentation en Afrique que sont la tomate et des légumes traditionnels africains. Les projets, d'après le document remis à la presse, s'intitulent Gestion intégrée de Ralstonia solanacearum (Smith) Yabuuchi et al. Dans le contexte de l'augmentation des risques phytosanitaires liés aux changements climatiques, il s'agira d'étudier la recrudescence de Ralstonia solanacearum et l'incidence économique de ce pathogène sur la tomate et la pomme de terre en Afrique de l'Ouest.
«Ces deux produits contribuent à la génération de revenus», a-t-il dit, avant de noter que l'aspect nutritionnel est une composante clé de la sécurité alimentaire mais n'a jamais reçu l'attention pour la recherche. «Ce projet est dans une période favorable, puisque les pertes dues aux maladies que connaissent ces produits occasionnent des déficits de près de 40% sur les productions qui devaient atteindre les 80% en Afrique», a, par ailleurs, ajouté Harold Macaurey qui évalue le projet à près d'1 milliard de dollars canadien. Il va durer 3 ans au profit du Burkina Fasso, du Cameroun et du Ghana.
Macoumba Diouf, Directeur de l'Isra, a, sur la même lancée, expliqué que la sécurité alimentaire devrait etre une problématique prioritaire des gouvernants, étant une question de sécurité. «Ces denrées visées par le projet sont stratégiques pour les producteurs et pour l'exploitation. Mais, elles sont déficitaires, à cause des attaques de prédateurs et cela risque de compromettre la production et les opportunités d'accès au marché international», précisera-t-il, notant, pour le cas du Sénégal, que les projections de 70.000 tonnes de tomates n'ont pas été atteintes, du fait de ce fléau.
Mamadou DIOUF
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

agriculture

Agriculture

En Tunisie, la grenade est la star de l'automne

En Tunisie, la grenade est la star de l'automne

AFP

Syrie, Yémen, Nigeria: agriculture décimée, la faim comme  arme de guerre

Syrie, Yémen, Nigeria: agriculture décimée, la faim comme arme de guerre

Think different

Une ONG ougandaise parodie la Silicon Valley pour attirer les investisseurs

Une ONG ougandaise parodie la Silicon Valley pour attirer les investisseurs