mis à jour le

La classe politique suspendue à l’arbitrage royal

Points: 
Le feuilleton promet des rebondissements
Les portes du dialogue fermées
Le RNI ne veut pas être «la roue de secours»

LE calme est revenu après la tempête qui a suivi la décision de l’Istiqlal de quitter le gouvernement. L’heure est à la réflexion sur l’avenir de ce gouvernement. Reste que la classe politique et la majorité sont suspendues au retour du Souverain pour un arbitrage qui les sortira de cette impasse. Et le feuilleton de la crise gouvernementale reprendra de plus belle.

Légende Image: 

Après la décision de l’Istiqlal de sortir du gouvernement, les patrons des partis de la majorité n’ont pas pris d’initiatives politiques. Abdelilah Benkirane, Hamid Chabat, Mohand Laenser et Nabil Benabdallah attendent  le retour du Souverain pour trouver un dénouement à cette crise gouvernementale

en lire plus

L'Economiste

Ses derniers articles: Placard  Un Monde Fou  De Bonnes Sources 

politique

AFP

Côte d'Ivoire: turbulence sécuritaire ou instabilité politique croissante

Côte d'Ivoire: turbulence sécuritaire ou instabilité politique croissante

AFP

Le Togo, une exception

Le Togo, une exception

AFP

Au Lesotho, les liaisons dangereuses entre l'armée et le politique

Au Lesotho, les liaisons dangereuses entre l'armée et le politique