mis à jour le

Conférence des donateurs: les conditions pour que le Mali touche l’argent promis

Le commissaire européen au Développement Andris Piebalgs (D) et le ministre des Affaires étrangères malien, Hubert Coulibaly s’échangent les Conventions de financement signées, le 15 mai 2013 à Bruxelles

Les autorités maliennes espéraient deux milliards, elles sont reparties de la conférence des donateurs de Bruxelles avec 3,2 milliards d'euros de promesse de dons.

Après deux mois de travail pour ficeler le plan de développement malien, Paris et Bamako se félicitent des résultats. Mais avant de débloquer ces fonds, les bailleurs et les donateurs demandent des garanties au Mali.

Sur un simple document, les représentants des pays et des bailleurs ont inscrit le montant de l’aide qu’ils comptent verser. Ce document n’est pas un contrat, seulement une déclaration d’intention. Les autorités maliennes doivent désormais créer un groupe de suivi pour gérer chaque dossier et permettre une traçabilité de l’argent, notamment en créant un compte bancaire unique puisque l’Etat malien en possède plus de 150.

Autre impératif : les donateurs veulent mettre la pression sur les autorités en permettant à la population de faire remonter, via le téléphone portable, des informations si les chantiers n’avancent pas ou si l’argent n’arrive pas à destination. L’Elysée va, de son coté, mettre en place un site internet pour qu’il soit possible de voir comment l’argent est dépensé.

Les bailleurs souhaitent également que l’Etat malien décentralise son administration et que les collectivités aient en gestion près de 30% des fonds alloués. Une methode qui doit permettre, d’après les experts, d’augmenter les contrôles et de responsabiliser les décideurs.

Organiser une élection crédible

Mais avant tout, le premier examen de passage pour les autorités de transition, c’est l’organisation de l’élection présidentielle, toujours prévue fin juillet. Un scrutin partiel, notamment s’il ne se tient pas à Kidal, serait perçu comme un échec par les bailleurs qui pourraient alors stopper leur financement.

Enfin, il y a toujours la crainte que les donateurs n’assument pas leur décision. C’est arrivé dans le passé. L’argent promis n’a jamais été versé.

RFI

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

conférence

AFP

La conférence d'Abou Dhabi approuve un fonds pour le patrimoine

La conférence d'Abou Dhabi approuve un fonds pour le patrimoine

AFP

Le Premier ministre français Manuel Valls est en Tunisie

Le Premier ministre français Manuel Valls est en Tunisie

AFP

Afrique du Sud: des milliers de manifestants contre le sida en amont d'une conférence internationale

Afrique du Sud: des milliers de manifestants contre le sida en amont d'une conférence internationale

Mali

AFP

Attaques: le Burkina interdit la circulation de nuit

Attaques: le Burkina interdit la circulation de nuit

AFP

Religieuse colombienne enlevée: recherches au Mali et au Burkina

Religieuse colombienne enlevée: recherches au Mali et au Burkina

AFP

CAN: le Mali éliminé sans gloire dans la pataugeoire d'Oyem

CAN: le Mali éliminé sans gloire dans la pataugeoire d'Oyem