mis à jour le

Plan de relance durable du mali : Plus de 3 milliards d'euros promis

La conférence des donateurs pour le développement du Mali tenue, le 15 mai 2013, à Bruxelles et à laquelle a pris part le président du Faso, Blaise Compaoré, a permis aux Etats et institutions représentés, d'annoncer une enveloppe de 3,250 milliards d'euros. Cette somme devrait permettre de financer le plan pour la relance durable du Mali, sur la période 2013-2014.

Les autorités maliennes sont reparties de Bruxelles avec le sourire. La centaine de représentants des Etats et des institutions réunis le 15 mai 2013 a consenti à donner 3,250 milliards d'euros pour la relance économique du Mali, confrontée à la plus grave crise de son histoire, depuis le début de l'année 2012. L'Union européenne(UE) et la France, co-organisatrices de la conférence, se sont engagées, avec respectivement 520 millions d'euros et 28O millions d'euros. Les premiers responsables de l'UE ont tous salué la contibution des donateurs et renouvelé leur disponibilité à accompagner le Mali. Le président du Conseil européen, Hermann Van Rompuy, a indiqué que les engagements pris en direction du Mali montrent la détermination de la communauté internationale à lutter contre le terrorisme et l'instabilité dans la région sahélienne. « Le Sahel et l'Europe sont unis par l'histoire. Notre engagement s'inscrit dans la durée.

L'Europe se tiendra aux côtés du Mali », a laissé entendre M. Van Rompuy. Il a ensuite rendu hommage au président français, François Hollande et a remercié les autres pays européens, la CEDEAO, et l'Union africaine pour leur soutien au Mali. Pour sa part, le président de la Commission de l'UE, José Manuel Barroso, a souligné qu'à travers la conférence de Bruxelles, son instituion est plus que jamais déterminée à accompagner le rétablissement de l'Etat de droit au Mali. Voilà pourquoi il pense que les élections présidentielles prévues pour juillet 2013 sont importantes et ouvriront la voie à une réelle réconciliation nationale. M. Barroso a aussi estimé que le plan de relance durable du Mali, présenté par les autorités de Bamako, est un élément tangible de l'engagement sur le chemin du renouveau. « Cette conférence est un évènement important, parce que nous faisons la preuve que Européens et Africains se réunissent pour une même cause », a déclaré le président François Hollande. Et de rappeler les causes de l'intervention militaire qu'il a lancée contre les terroristes au Nord-Mali, le 11 janvier 2013. Mais pour le président Hollande, même si les terroristes ont été durement touchés, le terrorisme n'a pas disparu du Sahel. Raison pour laquelle, il a indiqué que le développement, le dialogue politique et la démocratie sont désormais les armes qu'il faut utiliser pour venir à bout des groupes terroristes. « Nous, les amis, nous devons maintenant répondre à trois exigences : le retour des réfugiés, la préparation de l'avenir à travers le plan de relance du Mali, la transparence et le dialogue », a aussi décliné François Hollande. Dans cette dynamique, il a confié que chaque euro dépensé doit être efficacement utilisé. Et pour cela, il a exhorté les autorités maliennes à faire de la lutte contre la corruption, une priorité.

Le président français a salué l'engagement de l'Union européenne envers le Mali, mais, une fois de plus, a interpellé les responsables de ce pays à respecter leur engagement quant à l'utilisation des fonds. Pour lui, c'est un contrat d'amitié et de solidarité qui vient de se manifester à Bruxelles.

François Hollande, le Malien, l'Africain...

« C'est une journée historique pour le Mali. Je voudrais m'incliner devant la mémoire des victimes civiles et militaires dont le sacrifice a rendu possible l'avènement de ce jour pour la relance du Mali », s'est réjoui le président par intérim du Mali, Dioncounda Traoré. Il a exprimé la gratitude et la reconnaissance du peuple malien aux chefs d'Etat africains, aux institutions africaines et européennes qui se sont toujours préoccupés du Mali pendant cette période difficile. La palme des hommages est revenue au président français que Dioncounda Traoré a appelé « François Hollande, le Français et le Malien, l'Européen et l'Africain », pour l'acte « historique » que celui-ci a posé, à travers le déclenchement de l'opération militaire « Serval ». Le plan de relance durable du Mali a présenté à Bruxelles a été unanimement salué par les intervenants. Il comprend 12 thématiques prioritaires parmi lesquelles le retour de la paix, la réponse aux urgences humanitaires, l'organisation d'élections crédibles, la garantie du bon fonctionnement de la justice et la lutte anti-corruption, le défi de l'éducation, la relance de l'économie, la promotion des femmes.

Gabriel SAMA Envoyé spécial à Bruxelles


Le président Blaise Compaoré, disposé à poursuivre la médiation

« J'exprime ma profonde gratitude à M. Hermann Van Rompuy, président du Conseil européen, à M. François Hollande, président de la République française, M. Dioncounda Traoré, président de la République du Mali et M. José Manuel Barrosso, président de la Commission de l'Union européenne qui ont porté le projet de la conférence de haut niveau pour le soutien au Mali.(...) Je saisis cette occasion pour réaffirmer l'engagement du Burkina Faso à poursuivre résolument la médiation au Mali, au nom de la CEDEAO et de la communauté internationale, en aidant particulièrement à créer des conditions favorables à la tenue d'élections pacifiques en juillet sur toute l'étendue du territoire national. Le plan de relance durable que nous a soumis le gouvernement du Mali mérite nos encouragements et notre soutien, au regard de son réalisme et de sa pertinence pour la consolidation de la paix, le renforcement de la sécurité, l'édification d'une économie forte et prospère dans ce pays ».

Propos recueillis par G.S

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

Mali

AFP

L'Elysée annonce "la mort accidentelle" d'un soldat français au Mali

L'Elysée annonce "la mort accidentelle" d'un soldat français au Mali

AFP

Niger: nouvelle opération contre les "terroristes" venus du Mali

Niger: nouvelle opération contre les "terroristes" venus du Mali

AFP

Le Mali presse l'ONU de soutenir la force anti-jihadistes du Sahel

Le Mali presse l'ONU de soutenir la force anti-jihadistes du Sahel