mis à jour le

Des participants d'Afrique du Sud à la Gay Pride de Paris en 2012/ Reuters
Des participants d'Afrique du Sud à la Gay Pride de Paris en 2012/ Reuters

Le tableau noir de l'homophobie en Afrique

Le continent est l'une des régions du monde où la situation des personnes homosexuelles est la plus préoccupante.

La journée mondiale de la lutte contre l’homophobie vendredi 17 mai, offre l’occasion de faire le point sur les avancées en matière de tolérance et d’acceptation de l'homosexualité dans le monde.

S’affirmer ouvertement homosexuel n’est pas encore chose facile sur le continent africain, affirme l’enquête menée par RFI. Sur les 78 pays qui pénalisent encore les relations entre personnes du même sexe, 38 se situent en Afrique.

Le mariage des couples de même sexe est interdit dans presque tous les pays africains, sauf en Afrique du Sud, et c’est bien souvent l’homosexualité elle-même qui est condamnée et poursuivie pénalement. Au Sénégal, les homosexuels encourent d'un à cinq ans de prison ferme et une amende de 100.000 francs à 1 million 500.000 francs CFA (entre 150 et 2.300 euros). Au Maroc, l’acte sexuel entre personnes du même sexe est puni de six mois à trois ans de prison ferme.

En Ouganda, la peine peut aller jusqu’à l’emprisonnement à perpétuité. En 2012, certains tabloïds locaux ont même publié les noms, photos et adresses d’une vingtaine d’homosexuels, invitant la population de Kampala à les «pendre». La situation est encore plus grave au Nigeria, au Soudan, et dans certaines régions de Somalie régies par la loi islamique, où les hommes reconnus coupables d’homosexualité risquent la peine de mort.

Quelques lueurs d’espoir cependant. Au Kenya, bien que le gouvernement réprime sévèrement l’homosexualité par la menace de 14 ans de prison, Nairobi accueille les homosexuels persécutés d’Ouganda et sera aujourd’hui le théâtre d’une «flashmob» contre l’homophobie.

L’Afrique du Sud est le seul pays du continent à faire preuve de réelle ouverture d’esprit. Depuis 2006, le mariage homosexuel y est autorisé ainsi que l’adoption. L’interdiction des discriminations établies sur l’orientation sexuelle est d’ailleurs inscrite dans la Constitution de l’Etat.

Lu sur RFI

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Le site de la commission électorale piraté au Ghana avant l'annonce des résultats  Les girafes, ces «gentils géants» menacés d'extinction  L'Angola nomme sa nouvelle autoroute Fidel-Castro, mauvaise idée 

homosexualité

Sexualité

Deux hommes condamnés pour homosexualité en Côte d'Ivoire, une triste première

Deux hommes condamnés pour homosexualité en Côte d'Ivoire, une triste première

Moeurs

Au Maroc, un procès ravive le débat sur la pénalisation de l’homosexualité

Au Maroc, un procès ravive le débat sur la pénalisation de l’homosexualité

AFP

Tunisie: peine réduite en appel pour un étudiant condamné pour homosexualité

Tunisie: peine réduite en appel pour un étudiant condamné pour homosexualité

homophobie

LGBTQ

Plainte contre Maroc Hebdo pour sa une «Faut-il brûler les homos?»

Plainte contre Maroc Hebdo pour sa une «Faut-il brûler les homos?»

LGBT

L'Ouganda ne sera jamais la Mecque africaine des homosexuels

L'Ouganda ne sera jamais la Mecque africaine des homosexuels

Homophobie

Le Congo-Kinshasa sur les pas de l'Ouganda

Le Congo-Kinshasa sur les pas de l'Ouganda

discrimination

Discrimination

En Australie, les migrants africains font face au racisme

En Australie, les migrants africains font face au racisme

fat shaming

Les présentatrices égyptiennes jugées trop grosses pour travailler

Les présentatrices égyptiennes jugées trop grosses pour travailler

Discrimination

En France, être d'origine africaine réduit grandement les chances de trouver un emploi

En France, être d'origine africaine réduit grandement les chances de trouver un emploi