SlateAfrique

mis à jour le

Au Cameroun, la carte d'identité est désormais gratuite

Alors que les Camerounais s'affairaient à l'organisation des célébrations de leur fête nationale le 20 mai 2011, le président Paul Biya a surpris ses concitoyens en signant, la veille, un décret inattendu. Désormais, l’obtention de la carte nationale d’identité est gratuite pour tous au Cameroun, rapporte le quotidien Mutations. Cette mesure est inattendue, ce d’autant plus que le 27 avril 2011 une décision avait déjà été prise toujours au sujet de la carte d’identité, qui fixait le coût de son obtention à 2.800 francs CFA (4,26 euros) au lieu de 5.000, comme c’était le cas jusque-là.

Une manœuvre que certains qualifient de purement tactique de la part du régime de Biya, à quelques mois du scrutin présidentiel, prévu en octobre 2011. Car cette élection ne semble guère passionner les foules, qui traînent toujours à se faire inscrire sur les listes électorales (malgré les appels répétés des autorités), souvent rebutées par le coût élevé de la carte d'identité —nécéssaire à l'inscription et la délivrance d'une carte d'électeur.

D’après les chiffres publiés par Elections Cameroon (Elecam) [PDF], l’instance créée en 2006 pour organiser les scrutins dans le pays, seulement 1.200.000 citoyens camerounais se sont inscrits sur les listes électorales entre août 2010 et mars 2011. Un chiffre bien en deça de l'objectif que s’est fixé Elecam, à savoir 9 millions d’électeurs.

Cependant, si l'on tient compte des 5 millions d’électeurs enregistrés lors du double scrutin municipal et législatif de 2007 —à l'occasion duquel les listes avaient été entièrement renouvelées, avec la création de nouveaux bureaux de vote et l'inscription de nouveaux électeurs— Elecam a indiqué que son fichier électoral comporterait à l’heure actuelle plus de 6.300.000 électeurs. La révision actuelle a pour but de compléter cette opération de 2007 en tenant compte des changements d'adresse et des citoyens désormais en âge de voter.

Lu sur Mutations