mis à jour le

Gourma Rharous : DANS LA PSYCHOSE DE L’INSECURITE

Les bandits ne désarment pas dans le cercle de Gourma Rharous. Ils ont encore sévi il y a une semaine. Vendredi dernier, aux environs de 17 heures, des forains voyageant à bord de deux pinasses sur le fleuve Niger ont été attaquées par une quarantaine de chameliers armés. L'attaque a eu lieu non loin du village de Banikane, chef-lieu de la commune du même nom. Les bandits embusqués derrière les dunes qui longent le fleuve, ont commencé à tirer en l'air, dès qu'ils ont repéré les deux pinasses.

Ils alors sommé les conducteurs des deux embarcations d'accoster. La première a obtempéré. Le conducteur de l'autre a effectué une man½uvre habile qui lui a permis de se mettre hors de portée des assaillants. Il a foncé vers la rive droite  alors que les bandits se trouvaient sur la rive opposée. L'embarcation a néanmoins essuyé plusieurs tirs sans être atteinte.

La première pinasse qui a accostée a été totalement pillée par les agresseurs qui ont emporté vivres, argent et autres biens. Aucun passager n'a été heureusement atteint physiquement.

Au même moment, sur la route Rharous-Banikane, d'autre bandits appartenant certainement au même groupe que ceux qui s'étaient déployés au bord du fleuve, attaquaient une délégation de l'académie régionale d'enseignement de Tombouctou, venue à Banikane dans le cadre d'une mission de supervision. Mais les villageois ayant repéré les malfaiteurs, ont rapidement averti le chef de village. Celui-ci a fait transporter les membres de la mission à bord d'une pirogue pour les mettre à l'abri, derrière un bras du fleuve, dans un campement de Bozos.

Dimanche 13 mai et le jour suivant, deux hommes ont été agressés et grièvement blessés à Tintadeini, une localité située à environ 75 km de Gourma Rharous. Les agresseurs reprochaient à leurs victimes d'être des indicateurs des forces de sécurité. A l'heure actuelle, la population du cercle de Gourma-Rharous vit dans la psychose. De paisibles citoyens ne dorment même plus chez eux craignant d'être pris pour cible par les bandits  qui écument toute la zone.

M. GAKOU

Amap-Gourma Rharous

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

psychose

AFP

Nigeria: les crimes rituels des gangs créent la psychose

Nigeria: les crimes rituels des gangs créent la psychose

AFP

Ebola: l'Europe vérifie l'efficacité des contrôles, la psychose gagne

Ebola: l'Europe vérifie l'efficacité des contrôles, la psychose gagne

AFP

Ebola: malgré zéro cas, la Côte d'Ivoire au bord de la psychose

Ebola: malgré zéro cas, la Côte d'Ivoire au bord de la psychose