mis à jour le

Idrissa Nassa, PDG de Coris Bank International (CBI) : « Avec cette signature de convention, nos clients peuvent s'attendre à beaucoup plus de rapidité et de facilité dans leurs opérations d'import-export ».

CBI (Coris Bank International), deuxième banque commerciale du Burkina Faso et IFC (Société Financière Internationale) ont signé ce lundi 13 mai 2013, une convention portant sur une garantie de financement du commerce international. D'un montant de quinze (15) millions de dollars, cette garantie permettra à CBI de booster davantage ses opérations de financement du commerce international et de soutenir les PME (Petites et Moyennes Entreprises) évoluant dans l'import-export. La signature de convention a eu lieu au siège de CBI à Ouagadougou.

Le Burkina Faso comme la plupart des pays de l'Afrique de l'ouest, est fortement dépendant de son commerce international (recettes d'exportation et d'importation). En croissance constante au Burkina Faso, ce commerce exige que les transactions soient garanties. Ainsi « Cette signature de convention vise à supporter les entreprises du Burkina Faso financées par CBI et évoluant dans l'import-export » affirme Jeremie Dumon, représentant résident de IFC au Burkina Faso. Et poursuit-il, « l'accès au financement est l'une des principales contraintes auxquelles les PME sont confrontées au Burkina Faso. En proposant une garantie de financement du commerce international, IFC réduit à la fois les risques financiers auxquels une banque se trouve confrontée lorsqu'elle accorde des crédits à des opérations d'importation et d'exportation, et augmente le savoir-faire des banques en matière de gestion du risque ». Le représentant résident de IFC au Burkina Faso justifie le choix porté sur CBI par le fait qu'elle est la banque la plus dynamique du pays et par les excellents résultats engrangés ces dernières années.

La signature de cette convention facilitera les opérations vers l'étranger

En 2012, CBI a renforcé sa position d'acteur incontournable du système bancaire burkinabé. Pour M Nassa, la signature de cette convention consiste à soutenir CBI afin qu'elle puisse mieux prendre en charge les besoins de ses clients en matière de commerce international. Et ajoute-t-il « avec cette signature de convention, nos clients peuvent s'attendre à beaucoup plus de rapidité et de facilité dans leurs opérations d'import-export ». En signant cette convention, CBI vient de rejoindre un réseau mondial de plus de quatre cents (400) banques (dont 70 banques africaines) qui participent actuellement au programme de financement du commerce international de IFC. Le PDG de CBI se dit heureux d'avoir conclu ce partenariat avec IFC. En effet dit-il, « la garantie reçue nous permettra de booster nos opérations sur le financement du commerce international au moment même où la demande connaît une forte croissance. Aussi, la signature de cette convention constitue-t-elle la base d'un important partenariat avec IFC, dont l'expertise internationale nous aidera à poursuivre dans l'offre de services de qualité à nos clients. »

« A l'issue d'une procédure longue et rigoureuse, cette signature est un soutien affirmé au secteur privé du Burkina Faso. Au terme de la signature de convention, ce sont nos clients, les entrepreneurs burkinabè qui gagnent, c'est CBI qui grandit et c'est l'économie Burkinabè qui en profite » conclut Idrissa Nassa.

Patindé Amandine Konditamdé

Lefaso.net

A propos d'IFC

IFC, membre du groupe de la banque mondiale, est la principale institution de développement au service exclusif du secteur privé. Elle aide les pays en développement à atteindre une croissance durable en finançant des investissements, en mobilisant des capitaux sur les marchés financiers internationaux et en fournissant des services-conseil aux entreprises et aux pouvoirs publics. Au cours de l'exercice de 2012, IFC a porté ses investissements à un niveau record de plus de 20 milliards de dollars en exploitant les capacités du secteur privé pour créer des emplois, stimuler l'innovation et résoudre les problèmes de développement les plus pressants.

A propos de Coris Bank international

CBI, créée en 2008 et deuxième banque commerciale du Burkina depuis 2010, est une banque à vision panafricaine. Elle développe l'ambition d'être la banque de référence pour l'accompagnement des PME/ PMI en Afrique. Pour cela, une stratégie de développement externe par la création de filiales et de succursales dans le cadre de l'agrément unique est mise en route avec l'obtention de l'agrément et l'ouverture effective de la filiale bancaire en Côte d'Ivoire, et l'ouverture du capital à des institutions financières internationales avec l'entrée de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) dans l'actionnariat. En 2012, CBI a renforcé sa position d'acteur incontournable du système bancaire burkinabé dans le financement de l'économie (+2.9%, à 18% de parts de marché en 2012).

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

PDG

AFP

Afrique du Sud: démission du PDG du fournisseur national d'électricité

Afrique du Sud: démission du PDG du fournisseur national d'électricité

AFP

Transports: 7e PDG en quatre ans pour la compagnie aérienne South African Airways

Transports: 7e PDG en quatre ans pour la compagnie aérienne South African Airways

AFP

Téléphonie: démission du PDG du groupe sud-africain MTN après une amende au Nigeria

Téléphonie: démission du PDG du groupe sud-africain MTN après une amende au Nigeria

clients

Lefaso.net

Coup de gueule : Le chemin de croix des clients de certaines banques de la place

Coup de gueule : Le chemin de croix des clients de certaines banques de la place

Kayes Infos

Kayes : L’INPS de Kayes soulage ses clients et les populations de Lafiabougou

Kayes : L’INPS de Kayes soulage ses clients et les populations de Lafiabougou

Actualités

Les taxis refusent de prendre des clients pour le Bardo, twitter trouvera la solution !

Les taxis refusent de prendre des clients pour le Bardo, twitter trouvera la solution !