mis à jour le

16 mai, dix ans après<br>Le radicalisme toujours là

Les événements du printemps arabe ont remis sur la table la problématique de la gestion du dossier des mouvements salafistes. C’était le cas en Egypte, en Tunisie mais également au Maroc. L’Etat marocain, bien avant 2011, avait déjà commencé à faire preuve d’une plus grande maturité dans le traitement de cette question épineuse. En effet, la gestion sécuritaire de ce dossier avait évolué.

en lire plus

L'Economiste

Ses derniers articles: Placard  Un Monde Fou  De Bonnes Sources