mis à jour le

Aamna Aqueel pour Diva Magazine (photo extraite de sa page Facebook)
Aamna Aqueel pour Diva Magazine (photo extraite de sa page Facebook)

Be my slave, la polémique raciste de trop

Non, l'art ne peut pas servir de prétexte à quelque forme de racisme que ce soit.

La polémique ne cesse d'enfler sur les réseaux sociaux. Un magazine nommé Diva propose un shooting photos réalisé par la créatrice pakistanaise Aamna Aqueel. En cause, son titre éloquent, «Be my slave», est d’aussi mauvais goût que le contenu des photos: une femme blanche richement vêtue et un garçon à la peau noire habillé d’un simple drap et placé dans des mises en scène humiliantes. Tel un esclave moderne, il tient le sac ou le parapluie de la femme, reste allongé à ses pieds dans une posture de soumission…

Les critiques se ont aussitôt dirigées vers Diva, un magazine lesbien et bisexuel de référence au Royaume-Uni. Cependant, sur Twitter, le magazine s'est défendu s'être concerné par ce shooting, en affirmant que ces photos ont plutôt été publiées par un magazine pakistanais portant le même titre.

Qu'à cela ne tienne, cela ne change rien au fond de l'affaire. Il s'agit bel et bien d'une démarche au mieux douteuse au pire raciste.

«Il faut arrêter de considérer l’esclavage comme un sujet à la mode!», rappelle le Huffington Post tandis que l’Express Tribune pakistanais fustige ces «viles images de racismes et d’exploitation» et leur «connotation colonialiste». En titrant son article «Ce n’est certainement pas de l’art!», le magazine pakistanais veut rappeler que tous les tabous ne peuvent être transgressés sous le prétexte de la recherche artistique.

Même du côté des professionnels de la mode, le shoot ne passe pas. Journaliste pour le blog Style Inn, Usama Hamayun déclare:

«Cette série me dégoûte. Jouer de façon aussi crue avec ce thème (…)  n'est en aucun cas acceptable, ni esthétiquement plaisant.»

Sommée de s’expliquer sur ses motivations, Aamna Aqueel refuse de reconnaître un aspect raciste à ses photos et affirme qu’elle voulait aborder par ce biais la question du travail des enfants au Pakistan. Elle justifie le choix d’avoir fait appel à un enfant noir par le fait que le jeune garçon «travaillait dans un garage et cherchait un autre emploi».

Pour l’Express Tribune, ces renseignements ne suffisent pas à dédouaner la créatrice: le shooting semble plutôt fermer les yeux sur l’esclavage que le condamner fermement. Le monde de la mode, qui n’en est pas à sa première polémique, ne semble plus savoir quoi inventer pour obtenir l’attention des médias. Au risque parfois de franchir les limites du mauvais goût.

Lu sur l’Express Tribune

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Pour la première fois, un vaccin contre le paludisme va être testé à grande échelle  L'île où les millionnaires africains deviennent encore plus riches  La dernière monarchie absolue d'Afrique veut interdire le divorce 

polémique

AFP

Ghana: une ministre crée une polémique en associant minijupe et viol

Ghana: une ministre crée une polémique en associant minijupe et viol

AFP

Bénin: polémique sur une réforme constitutionnelle floue

Bénin: polémique sur une réforme constitutionnelle floue

AFP

En Zambie, la "fête des mères" mensuelle fait polémique

En Zambie, la "fête des mères" mensuelle fait polémique

racisme

Football

Le racisme anti-noir réapparaît avec violence à la CAN 2017

Le racisme anti-noir réapparaît avec violence à la CAN 2017

AFP

Le gouvernement tunisien appuie une loi pénalisant le racisme

Le gouvernement tunisien appuie une loi pénalisant le racisme

Noir et blanc

Comment notre cerveau fabrique des préjugés

Comment notre cerveau fabrique des préjugés

mode

AFP

L'Afrique confrontée aux maladies du mode de vie occidental

L'Afrique confrontée aux maladies du mode de vie occidental

AFP

Les Libériens délaissent la mode occidentale pour se saper

Les Libériens délaissent la mode occidentale pour se saper

Discrimination

Des élèves noires de Pretoria manifestent pour défendre leurs cheveux crépus

Des élèves noires de Pretoria manifestent pour défendre leurs cheveux crépus