mis à jour le

L’exception marocaine fait sa promo au 5, rue Le Tasse, à Paris

Des experts français, auteurs de l’ouvrage collectif “L’exception marocaine”, publié récemment, ont salué, mercredi soir à Paris, le “dynamisme multiforme” qui donne sens à cette exception, fuit d’une longue tradition de réformes et d’ouverture.

 

Au cours d’une conférence organisée dans le cadre des “Mercredis de l’ambassade”, en présence de l’ambassadeur du Maroc en France, Chakib Benmoussa et du Sénateur François Grosdidier, ainsi que d’une pléiade de diplomates, de journalistes et d’autres personnalités, le géo-politicien Charles Saint-Prot et l’économiste Henri-Louis Védié ont souligné que ce dynamisme se traduit dans les efforts entrepris par une monarchie millénaire pour consolider l’Etat de droit, engager des réformes économiques et mettre en place de grandes infrastructures.

 

Cela passe aussi par la promotion d’un islam réformiste et du juste milieu qui érige le Maroc en “exemple” du monde arabo-musulman et aussi une “puissance responsable” dont le sens du sérieux est apprécié par la communauté internationale, ont-ils ajouté, en présentation de ce livre.

 

Le Pr. Védié, professeur à HEC, est largement revenu sur la dynamique du développement durable en cours dans les provinces du Sud, notamment le concept des villages de pêcheurs, une expérience dont il a salué la portée tant sur le plan social que sur celui du respect des réserves halieutiques.

 

De son côté, Jean-Yves Le Cara, professeur à la Faculté de droit Paris Descartes de l’Université de la Sorbonne Paris Cité, a passé en revue l’histoire de la relation France-Maroc, estimant que “si les temps troublés sont peu propices à la solidarité internationale” notamment à cause du “printemps arabe” qui commence à susciter “craintes, méfiance et incompréhension” en Occident, “les relations franco-marocaines démentent cette constatation”.

 

Ce natif du Maroc a constaté que l’histoire même du protectorat a consacré la grandeur de la nation marocaine grâce à Lyautey qui a “paradoxalement contribué au rapprochement entre les deux pays”, un rapprochement qui sera largement consacré par la participation de soldats marocains à la libération de la France au temps de la Seconde Guerre mondiale.

 

Analysant les rapports entre le Maroc et les présidents de la Vème République, il a également relevé une “continuité malgré les alternances et les apparences” de tensions qui peuvent survenir de temps à autre, ainsi qu’une convergence de vues sur plusieurs questions régionales et internationales, qui font “l’exception de la relation France-Maroc”.

 

Publié aux éditions Ellipses (Paris, 2013), “L’exception marocaine” est un ouvrage réalisé par une quinzaine de juristes, historiens, économistes et sociologues français et marocains, sous la direction des universitaires Frédéric Rouvillois, professeur de Droit public à l’université de Rouen, et Charles Saint-Prot, directeur de l’Observatoire d’études géopolitiques de Paris.

 

Dans ce livre, en vente également au Maroc, les auteurs expliquent pourquoi le Royaume a échappé aux troubles du “printemps arabe”.

 

Deux ans après les débuts des événements qualifiés de “printemps arabe”, alors que la situation est souvent chaotique dans les pays concernés et que l’Algérie reste bloquée dans un immobilisme inquiétant, la notion d’”exception marocaine” s’impose comme une “évidence”, estiment-t-ils.

 

Ils en ont preuve le fait que contrairement à d’autres, le Royaume, qui s’inscrit dans une logique réformiste, “n’est pas entré dans la spirale périlleuse de la contestation, de la révolte et de l’anarchie”. Au contraire, il a su échapper aux illusions de la violence tout en parvenant, au milieu des tribulations qui secouaient la région, à se donner une nouvelle Constitution puis à la mettre en oeuvre d’une manière satisfaisante, avec les élections législatives de novembre 2011 et la formation d’un nouveau gouvernement, tout en maintenant le cap du développement global fixé par SM le Roi Mohammed VI.

 

C’est aux caractéristiques, mais aussi aux racines et aux promesses de cette “exception marocaine”, que s’intéressent les auteurs de l’ouvrage, à un moment où l’actualité politique rend une telle réflexion “particulièrement urgente”.

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Maroc : Alerte de pluies et averses importantes dans plusieurs villes  Obsèques  La terre a tremblé 

marocaine

AFP

Soupçonné de viol, la star marocaine Saad Lamjarred reste en prison

Soupçonné de viol, la star marocaine Saad Lamjarred reste en prison

AFP

Sahara occidental: l'ONU n'a pas constaté d'incursion militaire marocaine

Sahara occidental: l'ONU n'a pas constaté d'incursion militaire marocaine

AFP

Décès de la sociologue et féministe marocaine Fatima Mernissi

Décès de la sociologue et féministe marocaine Fatima Mernissi

rue

AFP

Zimbabwe: l'opposition entend défier Mugabe dans la rue malgré l'interdiction de manifester

Zimbabwe: l'opposition entend défier Mugabe dans la rue malgré l'interdiction de manifester

AFP

Sierra Leone: une foule se rue sur des poulets avariés enterrés dans une décharge

Sierra Leone: une foule se rue sur des poulets avariés enterrés dans une décharge

AFP

Afrique du sud: l'opposition attaque Zuma dans la rue et devant la justice

Afrique du sud: l'opposition attaque Zuma dans la rue et devant la justice

Paris

AFP

COP22: négociations sur l'application de l'accord de Paris

COP22: négociations sur l'application de l'accord de Paris

AFP

COP22: une nouvelle marche pour le climat à gravir à Marrakech

COP22: une nouvelle marche pour le climat à gravir à Marrakech

AFP

RD Congo: Kinshasa accuse Paris d'"encourager les extrémistes"

RD Congo: Kinshasa accuse Paris d'"encourager les extrémistes"