mis à jour le

Une rue de Dakar / Flickr CC
Une rue de Dakar / Flickr CC

Pour les Ivoiriennes, le chemin pour l'Europe passe par Dakar

Elles rejoignent la capitale sénégalaise pour pouvoir atteindre l'«eldorado» européen.

Durant les dix dernières années, plusieurs entreprises internationales ont été délocalisées d'Abidjan à Dakar, à la suite des troubles politiques qui ont agité la Côte d'Ivoire. Cette délocalisation s'est accompagnée d'un transfert du personnel de ces entreprises, souvent constitué d'expatriés. Or, nous explique Fraternité Matin, en même temps que cette délocalisation s'est opérée, une migration de jeunes femmes ivoiriennes vers la capitale sénégalaise s'est observée.

Candidates à l'immigration vers l’Europe, ces Ivoiriennes débarquent en masse à Dakar dans l’espoir de trouver un mari européen, et de préférence français, qui leur offrira la possibilité d'accéder à une nouvelle vie sur le vieux continent, peut-on lire dans l'enquête de Fraternité Matin. enquête sur le phénomène.

Les services d'immigration du Sénégal enregistrent un nombre croissant de visiteuses en provenance d’Abidjan. Au début de la crise ivoirienne, il s’agissait principalement de jeunes filles venues pour étudier à Dakar mais depuis 2004, elles viennent davantage sous couvert de tourisme.

Les Ivoiriennes en quête d'un époux blanc doivent réunir toutes leurs économies pour accomplir ce projet: le billet d’avion Abidjan-Dakar revient entre 200.000 et 300.000 francs CFA (moins de 500 euros) et le coût de la vie sur place est très élevé. En attendant la saison touristique, elles vivent de petits commerces, servent dans les bars de nuit ou sont parfois réduites à la prostitution.

Lorsque commence la haute saison, les jeunes femmes sillonnent les lieux les plus huppés, les stations balnéaires et les bars du quartier du Plateau, où elles ont le plus de chances de croiser des européens et autres expatriés.

Quelques-unes trouvent le prince charmant qui les emmèneront en Europe où elles pourront vivre en toute légalité. Mais nombreuses sont celles qui restent bredouilles année après année, car certains touristes européens, ne cherchent qu’un divertissement et ne pousseront pas leur relation avec ces filles jusqu’au mariage. Enfin, même pour les « chanceuses » qui parviennent à gagner l’Europe, le risque est grand de tomber dans un réseau de proxénétisme.

Lu sur Fraternité Matin

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: L'Angola nomme sa nouvelle autoroute Fidel-Castro, mauvaise idée  En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes  Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales 

mariage

AFP

Tchad: une ministre s'alarme du taux de mariage précoce

Tchad: une ministre s'alarme du taux de mariage précoce

AFP

Afrique: le mariage des enfants, un fléau des sociétés traditionnelles

Afrique: le mariage des enfants, un fléau des sociétés traditionnelles

Moeurs

Au Maroc, une réservation sur Airbnb peut mener en prison

Au Maroc, une réservation sur Airbnb peut mener en prison

immigration

Crise migratoire

La mort d'une joueuse de foot de la Gambie en Méditerranée symbolise le drame de ce pays

La mort d'une joueuse de foot de la Gambie en Méditerranée symbolise le drame de ce pays

Black lives matter

Quand les Afro-Américains imaginent (plus ou moins) sérieusement leur «Blaxit»

Quand les Afro-Américains imaginent (plus ou moins) sérieusement leur «Blaxit»

Nord-Sud

L'injustice du visa pour les vacanciers africains

L'injustice du visa pour les vacanciers africains

Dakar

AFP

Le célèbre sculpteur sénégalais Ousmane Sow est mort

Le célèbre sculpteur sénégalais Ousmane Sow est mort

Terrorisme

Du Sénégal à la Libye, l'itinéraire d'un combattant de Daech qui effraie Dakar

Du Sénégal à la Libye, l'itinéraire d'un combattant de Daech qui effraie Dakar

AFP

La deuxième phase du procès d'Hissène Habré s'ouvre lundi

La deuxième phase du procès d'Hissène Habré s'ouvre lundi