mis à jour le

Une rue de Dakar / Flickr CC
Une rue de Dakar / Flickr CC

Pour les Ivoiriennes, le chemin pour l'Europe passe par Dakar

Elles rejoignent la capitale sénégalaise pour pouvoir atteindre l'«eldorado» européen.

Durant les dix dernières années, plusieurs entreprises internationales ont été délocalisées d'Abidjan à Dakar, à la suite des troubles politiques qui ont agité la Côte d'Ivoire. Cette délocalisation s'est accompagnée d'un transfert du personnel de ces entreprises, souvent constitué d'expatriés. Or, nous explique Fraternité Matin, en même temps que cette délocalisation s'est opérée, une migration de jeunes femmes ivoiriennes vers la capitale sénégalaise s'est observée.

Candidates à l'immigration vers l’Europe, ces Ivoiriennes débarquent en masse à Dakar dans l’espoir de trouver un mari européen, et de préférence français, qui leur offrira la possibilité d'accéder à une nouvelle vie sur le vieux continent, peut-on lire dans l'enquête de Fraternité Matin. enquête sur le phénomène.

Les services d'immigration du Sénégal enregistrent un nombre croissant de visiteuses en provenance d’Abidjan. Au début de la crise ivoirienne, il s’agissait principalement de jeunes filles venues pour étudier à Dakar mais depuis 2004, elles viennent davantage sous couvert de tourisme.

Les Ivoiriennes en quête d'un époux blanc doivent réunir toutes leurs économies pour accomplir ce projet: le billet d’avion Abidjan-Dakar revient entre 200.000 et 300.000 francs CFA (moins de 500 euros) et le coût de la vie sur place est très élevé. En attendant la saison touristique, elles vivent de petits commerces, servent dans les bars de nuit ou sont parfois réduites à la prostitution.

Lorsque commence la haute saison, les jeunes femmes sillonnent les lieux les plus huppés, les stations balnéaires et les bars du quartier du Plateau, où elles ont le plus de chances de croiser des européens et autres expatriés.

Quelques-unes trouvent le prince charmant qui les emmèneront en Europe où elles pourront vivre en toute légalité. Mais nombreuses sont celles qui restent bredouilles année après année, car certains touristes européens, ne cherchent qu’un divertissement et ne pousseront pas leur relation avec ces filles jusqu’au mariage. Enfin, même pour les « chanceuses » qui parviennent à gagner l’Europe, le risque est grand de tomber dans un réseau de proxénétisme.

Lu sur Fraternité Matin

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Au Cameroun anglophone, un village d'irréductibles résiste à la coupure internet  La ville du Cap n'a plus que 100 jours de réserve d'eau  En Côte d'Ivoire, le gouvernement interdit la vente de cartes SIM aux moins de 16 ans 

mariage

AFP

Mariage ou ballon rond: des Algériennes face

Mariage ou ballon rond: des Algériennes face

AFP

Athlétisme: mariage de la championne olympique Caster Semenya avec sa compagne

Athlétisme: mariage de la championne olympique Caster Semenya avec sa compagne

AFP

Tunisie: manifestation contre une loi "rétrograde" sur le mariage des mineures

Tunisie: manifestation contre une loi "rétrograde" sur le mariage des mineures

immigration

Home sweet home

En Gambie, la fin de la dictature pousse de nombreux migrants à revenir au pays

En Gambie, la fin de la dictature pousse de nombreux migrants à revenir au pays

Etats-Unis

Le décret de Trump pourrait empêcher le champion olympique Mo Farah de rentrer aux USA

Le décret de Trump pourrait empêcher le champion olympique Mo Farah de rentrer aux USA

Mondialisation

Quels sont les pays d'Afrique où il fait bon vivre pour les expatriés?

Quels sont les pays d'Afrique où il fait bon vivre pour les expatriés?

Dakar

AFP

Sénégal: le maire de Dakar incarcéré pour détournement présumé

Sénégal: le maire de Dakar incarcéré pour détournement présumé

AFP

Gambie: scènes de liesse après l'investiture d'Adama Barrow

Gambie: scènes de liesse après l'investiture d'Adama Barrow

AFP

Tchad: le président déchu Hissène Habré jugé en appel

Tchad: le président déchu Hissène Habré jugé en appel