mis à jour le

Ils renoncent à leur marche : Les libéraux donnent des leçons de démocratie

Le Parti démocratique sénégalais (PDS) qui avait voulu marcher dans les départements de Pikine et Guédiawaye, a décidé de renoncer à l'expression de sa «colère». Les raisons avancées par les lieutenants de l'ex-président Wade sont d'ordre sécuritaire. D'aucuns pensent que la contre marche des apéristes fait partie des motifs de la reculade libérale.


Depuis le début de cette semaine, la presse a fait part du risque d'affrontement entre les libéraux et les jeunes de la mouvance présidentielle. En effet, ces deux entités avaient demandé à marcher le même jour et sur les mêmes itinéraires, dans les départements de Pikine et de Guédiawaye, pour des motifs différents, bien sûr. Les forces de sécurités ont infiltré tous les quartiers supposés favorables au PDS, pour se renseigner les vrais motifs de la marche des libéraux. Les résultats de ces enquêtes font état d'une possible casse des biens publics dans la banlieue et d'attaques de domiciles des personnalités proches du pouvoir. C'est ainsi que le préfet a décidé d'interdire cette marche libérale. De même, il interdira celle des partisans du président Macky Sall, perçue, par le camp adverse, comme une provocation. Mais, avant l'arrêt préfectoral, les libéraux avaient sorti un communiqué donnant les raisons de leur reculade. «J'ai décidé de reporter la marche de la colère organisée conjointement par les départements de Pikine et de Guédiawaye, afin de permettre aux jeunes et aux femmes de l'Alliance Pour la République (APR), parti du Président de la République, d'organiser, dans le calme et la paix, les marches qu'ils ont prévues cette semaine. Le PDS fera une marche à une autre date. Je demande également à tous les militants et responsables de Pikine et Guédiawaye de veiller à ce que toutes les opinions s'expriment librement et sans réserve», a dit Oumar Sarr qui s'est même permis de demander au préfet de Pikine d'autoriser la marche de leurs frères ennemis de l'APR. Un appel non agréé par le préfet, selon qui, les dossiers sont à l'étude, avec les services compétents, pour discuter des modalités de réorganisation, en termes, peut-être, d'horaire ou de trajet.
Khalil DIEME
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

marche

AFP

Kenya: le marché du vote électronique contesté en justice

Kenya: le marché du vote électronique contesté en justice

AFP

Nigeria: 17 morts dans l'attaque d'un marché dans le centre

Nigeria: 17 morts dans l'attaque d'un marché dans le centre

AFP

Tchad: opposants interpellés, marche dispersée

Tchad: opposants interpellés, marche dispersée

libéraux

[email protected] (Author Name)

Lettre ouverte aux libéraux de Tunisie

Lettre ouverte aux libéraux de Tunisie

group promo consulting

L’UJTL menace les libéraux déserteurs

L’UJTL menace les libéraux déserteurs

MF

Youssou Diallo recadre Wade sur les retrouvailles libérales :

Youssou Diallo recadre Wade sur les retrouvailles libérales :

démocratie

AFP

Tunisie: un parti islamiste radical appelle

Tunisie: un parti islamiste radical appelle

Politique

Kabila, un "obstacle" à la démocratie pour l'opposition

Kabila, un "obstacle" à la démocratie pour l'opposition

Politique

En Afrique, le chemin vers plus de démocratie est semé d'embûches

En Afrique, le chemin vers plus de démocratie est semé d'embûches