mis à jour le

Direction de la prévention et des études économiques : «Le Sénégal a raté les objectifs du millénaire pour le développement»

La direction de la prévention et des études économiques (Dpee) du ministère de l'Economie et des finances a organisé, hier, à Dakar, une rencontre sur les développements récents de l'économie sénégalaise. Cette conférence entre dans le cadre du «Point économique mensuel», un lieu d'échange pour la promotion du dialogue entre les décideurs, chercheurs et autres acteurs du développement, sur les grandes problématiques actuelles.


Pour booster la croissance économique, la direction de la prévention et des études économiques (Dpee) a tenu, hier, à Dakar, sa conférence mensuelle intitulée «Point économique mensuel», lequel, selon Pierre Ndiaye, directeur de ladite boite, a été consacré aux développements économiques récents. Pour Pierre Ndiaye, avec une économie dominée par le secteur tertiaire, notamment, le commerce, les télécommunications et les services financiers, le Sénégal doit davantage sophistiquer les services, sans laisser de côté l'industrialisation, pour relancer notre croissance.
Cependant, le constat fait sur les dix dernières années, d'après M Ndiaye, est l'enregistrement d'une croissance de l'ordre de 4%, encore faible, par rapport aux objectifs des autorités : 7 à 8%. Sur ce, Mounirou Ndiaye, chef du département des sciences économiques et de gestion de l'université de Thiès, communiquant sur «les Nouvelles approches d'analyse et projections économiques : Application au cas du Sénégal», dira que nous sommes passés d'une pauvreté de 50% environ à une de 56% en 2013. Aussi, soutiendra-t-il que les objectifs du millénaire pour le développement sont ratés pour le Sénégal, malgré la stratégie de croissance accélérée et l'instrument d'appui à la politique économique de la FMI. Comme solution, il préconise une redéfinition du modèle économique national, en plus d'autres perspectives. Sur l'impact du secteur tertiaire comme moteur durable de la croissance économique au Sénégal, M. Bamba de la Dpee précisera que si les richesses sont encore insuffisantes, c'est parce que le service supporte l'économie. Alors que les pays qui ont connu une croissance économique, ont promu l'agriculture, avant de migrer vers l'industrie et de développer le secteur des services.
Cheikh Moussa Sarr
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

prévention

AFP

Côte d'Ivoire: prévention et massage pour lutter contre la pneumonie chez les bébés

Côte d'Ivoire: prévention et massage pour lutter contre la pneumonie chez les bébés

LNT

Vallée de l’Ourika : Extension du système de prévention des crues

Vallée de l’Ourika : Extension du système de prévention des crues

Nabil

Prévention du palu au Faso : Que deviennent les moustiquaires promises ?

Prévention du palu au Faso : Que deviennent les moustiquaires promises ?

études

AFP

Nigeria: Amnesty accuse Shell de "manipuler" les études sur les fuites de pétrole

Nigeria: Amnesty accuse Shell de "manipuler" les études sur les fuites de pétrole

MAP

Installation de Khalid Saki au poste de directeur de l'Institut Mohammed VI pour la psalmodie et les études coraniques

Installation de Khalid Saki au poste de directeur de l'Institut Mohammed VI pour la psalmodie et les études coraniques

MAP

Installation de Khalid Saki au poste de directeur de l'Institut Mohammed VI pour la psalmodie et les études coraniques

Installation de Khalid Saki au poste de directeur de l'Institut Mohammed VI pour la psalmodie et les études coraniques

Sénégal

AFP

Sommet ouest-africain: Israël et le Sénégal normalisent leurs relations

Sommet ouest-africain: Israël et le Sénégal normalisent leurs relations

AFP

Pétrole: Total obtient une concession au large du Sénégal

Pétrole: Total obtient une concession au large du Sénégal

AFP

La tontine, ou le micro-crédit au féminin, fait recette au Sénégal

La tontine, ou le micro-crédit au féminin, fait recette au Sénégal