mis à jour le

«L’Algérie va formuler une nouvelle proposition»

L'Algérie veut une mise à jour de son initiative visant l'interdiction du paiement des rançons. Elle compte soumettre, au Conseil de sécurité de l'ONU, une nouvelle proposition pour renforcer la stratégie mondiale de lutte contre le terrorisme. C'est ce qu'a révélé le conseiller à la présidence de la République, Kamel Rezzag-Bara, lors de son passage, hier sur les ondes de la Chaîne III de la radio nationale. «Le terrorisme djihadiste ou à fondement confessionnel est en train de laisser la place, de plus en plus, à d'autres formes de terrorisme, notamment le narcoterrorisme», indique-t-il. Précisant que 150 millions d'euros de rançons auraient été versés depuis 2003, l'orateur explique que la nouvelle proposition algérienne sera faite dans quelques mois et elle tiendra compte de ces évolutions et mutations dans le cadre de la stratégie. Selon lui, l'Afrique, «vulnérable à cause notamment de la porosité des frontières, la circulation des armes, les conflits mal éteints, les problèmes humanitaires et les problématiques de la gouvernance et de développement, fait aujourd'hui le lit de la mutation» de ce fléau qui menace la paix et la sécurité internationales. Le Conseil de sécurité de l'ONU, ajoute-t-il, a affirmé, lors de sa réunion de lundi dernier, qu'il prenait note du changement du caractère du terrorisme en Afrique et s'était déclaré «préoccupé» par le lien «de plus en plus étroit», dans de nombreux cas, entre terrorisme et criminalité transnationale organisée. Mais, dit-il, le terrorisme «est incapable de menacer les équilibres généraux et notamment la sécurité des Etats, mais reste une force de nuisance importante pour la sécurité publique». Revenant sur l'attentat ayant ciblé le complexe gazier de Tiguentourine (In Amenas) en janvier dernier, Kamel Rezzag-Bara indique que cet acte terroriste visait trois objectifs, à savoir installer le terroriste Mokhtar Belmokhtar comme leader du terrorisme dans la région, prendre le maximum d'expatriés pour exercer un chantage sur certains pays, notamment occidentaux, et détruire un fleuron de l'industrie gazière en Algérie. «Au plus haut niveau de l'Etat, l'orientation était claire. Il ne fallait pas que les terroristes réussissent leurs objectifs», précise-t-il. S'exprimant sur l'affaire de l'assassinat des moines de Tibhirine, il souligne que «la vérité finit toujours par triompher», en référence aux témoignages d'anciens terroristes qui ont confirmé leur implication directe dans l'assassinat des 7 moines français.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

nouvelle

AFP

RDC: alerte sur une nouvelle guerre dans le Nord-Kivu

RDC: alerte sur une nouvelle guerre dans le Nord-Kivu

AFP

ONU: 2016, nouvelle année record pour les déracinés dans le monde

ONU: 2016, nouvelle année record pour les déracinés dans le monde

AFP

Niger: nouvelle opération contre les "terroristes" venus du Mali

Niger: nouvelle opération contre les "terroristes" venus du Mali