mis à jour le

El Khalfi planche devant le corps diplomatique

Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi a mis en exergue, mercredi à Rabat, lors d’une rencontre avec les membres du corps diplomatique accrédité au Maroc, les avancées réalisées par le Royaume en matière de promotion de liberté d’opinion et d’expression.

Lors de cette rencontre initiée par la Fondation diplomatique sous le thème “Le droit à l’information et la réforme du Code de la presse, garantie du droit à la liberté d’expression”, M. El Khalfi a fait observer que le Maroc a réalisé, l’année dernière, un progrès notable en matière de liberté d’expression comme en témoignent divers rapports de plusieurs instances concernées dont l’organisation Freedom House, Reporters sans frontières (RSF) et le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM).

Au cours de l’année 2012, aucun journaliste n’a été emprisonné, aucun media national n’a été interdit ou saisi et aucun site électronique n’a été fermé, a souligné M. El Khalfi, ajoutant que le nombre d’affaires portées devant la justice n’a pas dépassé 106 affaires contre 119 en 2011 et qu’une seule affaire a été soulevée directement par le ministère public en 2012, tandis que le reste des affaires (105) ont été portées devant la justice par des particuliers.

S’agissant de la réforme du cadre juridique de la presse et l’adoption d’un nouveau Code de la presse et de l’édition, M. El Khalfi a mis en exergue les orientations générales du rapport de la Commission scientifique consultative chargée d’examiner ledit Code, consistant en l’adoption d’un texte ne comportant pas de peines privatives de liberté, le renforcement des prérogatives et rôle du pouvoir judicaire dans le domaines de la presse, l’organisation autonome, indépendant et démocratique du métier, la promotion de la déontologie et l’éthique du métier, la réglementation et la reconnaissance juridique de la presse électronique et le raffermissement des garanties de la pratique du métier et les droits professionnels des journalistes.

Le ministre a indiqué que l’adoption de la commission bipartite de la presse d’un nouveau contrat-programme couvrant la période 2013-2017 vise à moderniser la presse, protéger la pluralité, améliorer les conditions professionnelles et sociales des journalistes et consolider la formation continue.

 

Concernant la promotion des médias audiovisuels publics, M. El Khalfi a mis en avant l’adoption de nouveaux cahiers de charges, dont la mise en ½uvre s’effectue de manière progressive et à travers lesquels on a consolidé le principe du service public, les dispositions de la pluralité des courants d’opinion et de pensée, l’autonomie institutionnelle, le respect de l’éthique de la profession et l’encouragement de la créativité en vue de diversifier l’offre.

Le ministre a affirmé, à cet égard, que les nouveaux cahiers de charges ambitionnent à renforcer la présence de la langue amazighe dans l’ensembles des chaînes publiques à travers des quotas de diffusion de 70 pc pour la chaîne Amazighe, 10 pc pour la chaîne Assadissa et 20 pc pour la chaîne Al Oula, en plus des autres chaînes et radios publiques.

Les cahiers de charges prévoient également la diffusion et le renforcement de l’usage de la langue Hassanie dans les médias publics et consolider la grille des programmes de la chaîne de télévision régionale de Laâyoune, a-t-il relevé.

Concernant la promotion de la pluralité politique dans l’audiovisuel public et privé, Il a affirmé que les rapports de la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) montrent que les partis de l’opposition ont un accès croissant aux médias, ajoutant que la diversité politique se trouve au centre des cahiers de charges.

M. El Khalfi a tenu de rappeler les acquis apportées par la nouvelle Constitution, en tant que cadre développé, pour promouvoir la liberté de la presse à travers les principes et les engagements inscrits dans son préambule, relatifs aux droits de l’Homme en général notamment les articles 25, 27, 28 et 165.

Cette rencontre intervient dans le cadre du programme périodique “le forum des idées” organisé par la Fondation diplomatique au profit du corps diplomatique accrédité au Maroc.