mis à jour le

Le règlement de la crise au Mali va au delà de la l’élimination desmenaces pesant sur la sécurité du pays (Ban Ki-moon)

Le secrétaire général de l’ONU, Ba Ki Moon

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a rappelé les très importants défis politiques et économiques auxquels fait face le Mali, à l’occasion d’une conférence de haut-niveau pour le développement de ce pays, intitulée « Ensemble pour le renouveau du Mali », qui s’est tenue mercredi à Bruxelles.

 

 

L’élimination des menaces pesant sur la sécurité du pays n’est qu’un élément du règlement global de la crise malienne, a-t- il fait valoir dans un message lu par la sous-Secrétaire générale et Administratrice associée du Programme des Nations Unies pour le développement, Rebeca Grynspan.

 

 

« Les responsables maliens doivent résolument s’engager dans un dialogue national inclusif afin de rétablir la légitimité et l’autorité de l’Etat sur tout le territoire, de fournir les services essentiels à la population et de faire en sorte que le pays ne serve pas de sanctuaire pour les groupes extrémistes », rappelle M. Ban.

 

 

Il a indiqué que la future Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), prévue par la résolution 2100 (2013) du Conseil de sécurité, témoignait de l’engagement de la communauté internationale pour aider le Mali dans l’édification d’une paix et sécurité durables.

 

 

« Les Nations Unies au Mali ont préparé un cadre commun de soutien à la transition malienne, qui définit l’appui de l’ONU - intégré et collectif – aux priorités du gouvernement malien. Ce cadre commun est cohérent avec le Plan pour la relance durable du Mali qui vise à la restauration d’une bonne gouvernance, ainsi qu’avec la Stratégie intégrée pour le Sahel qui devrait être bientôt présentée devant le Conseil de sécurité », a expliqué M. Ban.

 

 

Le secrétaire général a également rappelé l’importance de ne pas minorer les défis humanitaires du Mali, qu’il a qualifiés de « considérables », et de prêter une attention accrue aux besoins des femmes maliennes ainsi qu’aux chocs économiques et climatiques que connaît le pays. « J’exhorte la communauté internationale à fournir un soutien coordonné au gouvernement du Mali », a conclu M. Ban.

 

 

Selon les médias, les bailleurs de fonds internationaux auraient réunis au terme de la journée la somme de près de quatre milliards de dollars pour le Mali, une fois les combats terminés.

 

French.news.cn   2013-05-16 09:41:12

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

crise

AFP

RD Congo/violences au Kasaï: du diamant aux élections, un an de crise

RD Congo/violences au Kasaï: du diamant aux élections, un an de crise

AFP

Le Nigeria se tourne vers "l'or blanc" en pleine crise économique

Le Nigeria se tourne vers "l'or blanc" en pleine crise économique

AFP

Les rivaux libyens s'engagent sur les principes d'une sortie de crise

Les rivaux libyens s'engagent sur les principes d'une sortie de crise

Mali

AFP

Le Mali juge l'ex-chef de la "police islamique" de Gao

Le Mali juge l'ex-chef de la "police islamique" de Gao

AFP

Libération du Sud-Africain enlevé au Mali par Al-Qaïda en 2011

Libération du Sud-Africain enlevé au Mali par Al-Qaïda en 2011

AFP

L'otage sud-africain détenu par Al-Qaïda au Mali "va bien", selon son père

L'otage sud-africain détenu par Al-Qaïda au Mali "va bien", selon son père

sécurité

AFP

Attentat au Burkina: les forces de sécurité doivent miser sur la coopération

Attentat au Burkina: les forces de sécurité doivent miser sur la coopération

AFP

Côte d'Ivoire : le président promet d'investir dans l'armée pour ramener la sécurité

Côte d'Ivoire : le président promet d'investir dans l'armée pour ramener la sécurité

AFP

Cameroun: Amnesty accuse les forces de sécurité de torture entraînant la mort

Cameroun: Amnesty accuse les forces de sécurité de torture entraînant la mort