mis à jour le

La révolution en marche du covoiturage algérien

En un mois, le covoiturage s'est imposé sur l'internet algérien. Ce concept de partage de véhicule, largement développé dans de nombreux pays, n'existait pas en Algérie il y a encore quelques jours. Nroho.com et coorsa.com, deux sites en préparation depuis 2012 ont finalement vu le jour le 10 avril et le 12 mai. De quoi, peut-être, apporter une révolution des modes de transports nationaux.

Le covoiturage : un nouveau concept en Algérie

Pour se rendre quelque part, un Algérien a plusieurs moyens de transport : le bus, la voiture, le taxi, le train ou l'avion. Mais depuis un mois, une autre façon de se déplacer existe, il s'agit du covoiturage. Consulter un site internet, rechercher le trajet voulu, choisir le jour, contacter le conducteur puis voyager en groupe à coût réduit. Le concept est nouveau en Algérie mais s'épanouit depuis des années dans des dizaines d'autres pays. Le principe du covoiturage a émergé en Europe et en Amérique du Nord dans les années 1950 et s'est ensuite considérablement développé grâce à Internet et aux sites de covoiturage qui se sont multipliés sur la toile.

[caption id="attachment_68853" align="aligncenter" width="444"] Schéma explicatif de coorsa.com[/caption]

Le concept du covoiturage par Internet a beau être nouveau en Algérie, il s'appuie tout de même sur des pratiques communes. Finalement qui n'a jamais partagé une voiture avec des amis, des cousins, des oncles ou de simples inconnus dans un taxi collectif ?

"Offrir un service utile"

Les deux premiers sites algériens de covoiturage se sont lancés à un mois d'intervalle. Nroho.com a vu le jour le 10 avril tandis que coorsa.com est né sur la toile le 12 mai. Deux projets qui partent d'un même constat : il faut un nouveau moyen de se déplacer. «Dans les grandes villes algériennes, il y a beaucoup d'embouteillage, ce qui fait perdre du temps aux habitants et engendre de la pollution», explique Zahir Saad Bouzid, l'initiateur de coorsa.com. Même son de cloche du côté des fondateurs de nroho.com : «vu l'état actuel des services de transports et de déplacement en Algérie, nous avons voulu apporter notre petite contribution pour offrir une solution de plus aux voyageurs».

Le but des créateurs de ces sites est d'apporter un service en ligne qui permette de généraliser la pratique du covoiturage. «En Algérie, la majorité des conducteurs sont seuls dans leur voiture. Le covoiturage permet de réduire le nombre de véhicules mais aussi d'offrir un service utile pour ceux qui ne sont pas véhiculés et galèrent au quotidien», estime l'initiateur de coorsa.com.

Deux interfaces différentes pour un même service

Les deux sites se sont lancés à un mois d'écart et proposent gratuitement le même service, une concurrence qui finalement inquiète peu les fondateurs de coorsa.com et nroho.com. Des deux côtés on estime que cela permettra deux fois plus de faire découvrir le concept du covoiturage et que la compétition poussera à optimiser les services proposés sur chacun des sites.

[caption id="attachment_68862" align="aligncenter" width="300"] La page d'accueil de nroho.com[/caption]

Pour déposer une annonce en tant que conducteur, il faut indiquer le point de départ et d'arrivée de son trajet, ses préférences et ses coordonnées. En tant que passager, on ne peut pas créer un compte sur le site. Pour répondre à une annonce il faut soit appeler le conducteur soit lui envoyer un mail. Tous les détails du trajet sont directement affichés sur la page «Voir les offres», on ne peut pas cliquer sur l'annonce pour avoir plus de précisions. Les informations disponibles à propos du conducteur sont son pseudo, son âge et son sexe.

[caption id="attachment_68863" align="aligncenter" width="300"] La page d'accueil de coorsa.com[/caption]

Par souci de sécurité, les numéros de téléphone et les adresses mail des conducteurs ne sont pas affichés sur le site internet. Il faut d'abord que le passager potentiel ait un compte gratuit sur coorsa.com, puis qu'il contacte le conducteur à travers la plateforme et que les deux personnes donnent leur accord avant que les coordonnées du conducteur ne soient partagées au futur passager.

En cliquant sur l'annonce, on peut accéder à tout un panel de services supplémentaires : une carte google maps, le choix du nombre de places, la durée estimée du trajet, le confort estimé du véhicule, des informations supplémentaires sur le conducteur...

Algérie Focus

Ses derniers articles: En Algérie, le remaniement accouche d'un gouvernement sans hommes politiques  Un coup d’Etat en Algérie: la folle prédiction israélienne qui amuse les Algériens  Une enquête inédite révèle l'immense patrimoine immobilier parisien de dirigeants algériens 

révolution

AFP

Journal filmé ou polar nerveux: deux regards sur l'Egypte avant sa révolution

Journal filmé ou polar nerveux: deux regards sur l'Egypte avant sa révolution

AFP

Des milliers de Libyens célèbrent le 6e anniversaire de la révolution

Des milliers de Libyens célèbrent le 6e anniversaire de la révolution

AFP

L'Egypte depuis sa révolution de 2011 en dix dates

L'Egypte depuis sa révolution de 2011 en dix dates

marche

AFP

Côte d'Ivoire: un incendie ravage un grand marché au nord d'Abidjan

Côte d'Ivoire: un incendie ravage un grand marché au nord d'Abidjan

AFP

Côte d'Ivoire: un incendie ravage un grand marché au nord d'Abidjan

Côte d'Ivoire: un incendie ravage un grand marché au nord d'Abidjan

AFP

Attaque au Burkina: marche silencieuse contre la "barbarie"

Attaque au Burkina: marche silencieuse contre la "barbarie"