mis à jour le

Le militant et ex-commandant Mahjoub TOBJI est en grève de la faim au parvis des droits de l’homme à Paris

article d’Odile Faure, publié initialement sur sudouest.fr
 

Il a servi l'armée marocaine pendant quarante ans mais ne reçoit plus aucun dirham de retraite depuis cinq mois. À bout, il a décidé d'entamer une grève de la faim pour interpeller l'opinion publique, les politiques et faire céder l'armée marocaine.

Mahjoub Tobji est en disgrâce de l'état-major militaire marocain depuis qu'il a écrit son livre « Les Officiers de sa majesté », paru en 2006, où il dénonçait le pouvoir d'un général, Hosni Benslimane. Il y faisait notamment état de son emprisonnement « arbitraire » pendant vingt mois. « Je n'avais été ni jugé, ni condamné. » Il servait juste le chef des services secrets, mystérieusement tué lors d'un accident de voiture et remplacé par ce nouvel officier. Il réussit à s'évader, trouve refuge en France mais revient au Maroc grâce à la clémence d'Hassan II.

À son ancien roi, il voue un grand respect mais déplore le pouvoir de ce fameux général toujours en poste qui fait « ce qu'il veut » et transforme son pays « en dictature militaire ».

Mahjoub Tobji restera au Maroc, sans affectation jusqu'en 2002, âge de la retraite, avec sa solde et ses primes. Retraité, il s'installe en France, atterrit à Pau et devient bénévole dans de nombreuses associations : Amicale laïque de Billère, Banque alimentaire, Handicap rando pyrénéen. Il devient même formateur en GPS et cartographe au sein de la fédération française de montagne et escalade. Après sa patrie, le Maroc, cet ancien parachutiste de l'armée royale qui a participé à la guerre du Golan et du Sahara occidental, a toujours voulu servir les autres.

En 2006, il vide son sac prend la plume. « Je voulais interpeller le roi Mohammed VI, qui se laisse manipuler ! » Tiré à 5 000 exemplaires, il est réédité sept fois.

Après une manifestation

Mahjoub continue de militer. En octobre 2012, il fait un sit-in avec des amis marocains devant le château de Mohammed VI à Betz dans l'Oise. Il dénonce ce « bien mal acquis ». La manifestation est interdite au motif du « trouble à l'ordre public ». Un procès-verbal est dressé par la gendarmerie. « Il a dû être envoyé au Maroc. Il y avait mon nom dessus ». Fin novembre, sa retraite n'est pas versée.

Il a écrit à Manuel Valls, à Alain Juppé qu'il sait sensible à la cause des opposants marocains et à Amnesty international. La grève de la faim est sa dernière arme. Sa famille n'est pas au courant : une épouse restée au Maroc et ses trois enfants installés en France et au Luxembourg ; l'un est médecin, l'autre vétérinaire, le dernier gérant d'une location de voitures de luxe à Luxembourg.

Il part ce matin en train jusqu'à Paris avec dans sa valise un isolant thermique pour le sol, un tapis de mousse, un sac de couchage et quatre bouteilles d'eau. Un nouveau combat pour le militaire militant.

militant

AFP

Décès de la légende de l'afro-jazz et militant anti-apartheid Hugh Masekela

Décès de la légende de l'afro-jazz et militant anti-apartheid Hugh Masekela

AFP

Décès de la légende de l'afro-jazz et militant anti-apartheid Hugh Masekela

Décès de la légende de l'afro-jazz et militant anti-apartheid Hugh Masekela

AFP

Guinée équatoriale: un militant de l'opposition décède en prison

Guinée équatoriale: un militant de l'opposition décède en prison

grève

AFP

Gabon: grève des taxis contre les "tracasseries" policières et le prix du carburant

Gabon: grève des taxis contre les "tracasseries" policières et le prix du carburant

AFP

Tchad: la grève "générale" s'étend au secteur privé

Tchad: la grève "générale" s'étend au secteur privé

AFP

Algérie: reprise du trafic aérien

Algérie: reprise du trafic aérien

faim

AFP

Algérie: une directrice d'un journal "asphyxié" par l'Etat cesse sa grève de la faim

Algérie: une directrice d'un journal "asphyxié" par l'Etat cesse sa grève de la faim

AFP

FAO: développer le secteur rural contre la faim et la pauvreté

FAO: développer le secteur rural contre la faim et la pauvreté

AFP

La faim progresse de nouveau dans le monde, selon l'ONU

La faim progresse de nouveau dans le monde, selon l'ONU