mis à jour le

Biskra la plus touchée par le fléau

Plus de 50 000 piqûres de scorpion ont causé, en 2012, le décès de 51 personnes dans les wilayas des Hauts-Plateaux et du Sud, a-t-on  indiqué, hier, à la direction de la prévention au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. La direction de la prévention au ministère de la Santé a précisé  que la wilaya de Biskra venait en tête des régions les plus touchées par ce fléau, avec 7500 piqûres causant le décès de 11 personnes, suivie de la wilaya de M'sila avec plus de 5600 envenimations causant le décès  de 3 personnes. La wilaya d'Adrar a enregistré 5500 piqûres, provoquant le décès de 5 personnes et El Oued avec plus de 5400 piqûres et le décès de 3 personnes. En dépit des efforts déployés par les personnels de la santé publique  en coordination avec les autres secteurs, les cas d'envenimations scorpionniques dans certaines wilayas des Hauts-Plateaux et du Sud demeurent élevés, causant la mort de 1,4 personne sur 1000 habitants. Les différentes actions de prévention, menées par le ministère pour réduire le taux de décès causés par l'envenimation scorpionnique dans certaines wilayas, ont donné des résultats probants, mais ce taux demeure cependant élevé au niveau national, notamment chez les enfants et les personnes âgées, car plus vulnérables. Le ministère a imputé la persistance des envenimations scorpionniques en général au manque de communication et de sensibilisation sur ce phénomène, ainsi qu'à l'absence d'hygiène, affirmant la nécessité d'impliquer tous les secteurs et la société civile et de changer le comportement des citoyens. En matière de prévention, le ministère a appelé au renforcement des actions environnementales en améliorant l'électrification publique, en évitant le dépôt de gravats et de détritus près des habitations et en bitumant les routes dans les agglomérations urbaines. Chaque mois d'avril, le ministère organise une rencontre scientifique avec la participation de spécialistes dans les urgences médicales, la réanimation, l'anesthésie et la médecine générale au profit de 20 wilayas des Hauts-Plateaux et du Sud, en proie à ce fléau. Le ministère met à la disposition du corps médical et paramédical des wilayas concernées, des dépliants et autres affiches pour sensibiliser  les citoyens sur le danger de ces envenimations et les moyens de prévention. Le ministère met à contribution les collectivités locales et le mouvement associatif pour la collecte de ces insectes dans l'environnement proche des maisons et à l'intérieur des habitations. Il veille également au développement de l'information et de la communication en direction des citoyens sur le danger de ces piqûres pour les enfants, en les  invitant à se présenter d'urgence aux services médicaux et à s'éloigner des méthodes thérapeutiques traditionnelles.                                 

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

Biskra

Maïna F.

Attentats à Biskra et Tizi Ouzou : deux gendarmes et un officier tués

Attentats à Biskra et Tizi Ouzou : deux gendarmes et un officier tués

La rédaction

Des piqûres de scorpion meurtrières à Biskra

Des piqûres de scorpion meurtrières à Biskra