mis à jour le

Afrique du Sud: situation toujours bloquée à la mine de Marikana

Les opérations de la mine de platine de Marikana, dans le nord de l'Afrique du Sud, restaient bloquées pour le deuxième jour consécutif mercredi, les mineurs ayant à nouveau refusé de se rendre au travail pour obtenir la reconnaissance du nouveau syndicat majoritaire.

"Les employés n'ont pas pris leur quart du matin", a indiqué à l'AFP Sue Vey, la porte-parole de Lonmin, le groupe britannique qui exploite la mine de Marikana. "Il n'y a pas d'équipe du matin et les puits sont à l'arrêt."

Les mineurs avaient cessé le travail mardi matin.

Ils demandent qu'Amcu, le petit syndicat radical désormais majoritaire chez Lonmin avec 70% des employés, soit reconnu par la direction au détriment du NUM, le syndicat proche du pouvoir qui n'est plus suivi que par 20% des mineurs.

La situation est d'autant plus tendue qu'un responsable régional d'Amcu a été abattu par des inconnus samedi, un meurtre suivi dimanche par celui de deux jumeaux qui appartenaient au NUM, selon l'ancien syndicat majoritaire.

Les deux syndicats sont à couteaux tirés, au moment où s'engagent des négociations salariales dans la profession.

"Apparemment, les travailleurs ne se sont pas présentés au travail ce matin", a confirmé à l'AFP le président d'Amcu Joseph Mathunjwa.

La direction d'Amcu dit ne pas avoir appelé à cette grève sauvage, mais elle ne la désavoue visiblement pas, et des responsables locaux ont appelé mardi soir à la poursuite du mouvement.

"Le NUM est toujours traité comme le syndicat majoritaire dans l'entreprise", s'est plaint M. Mathunjwa. "Le NUM apporte injustement des armes à feu sur le lieu de travail sans être réprimandé par la direction."

"Lonmin ne permet et ne tolère pas le port d'armes à feu", a réagi la direction dans un communiqué.

Le groupe britannique indique vouloir discuter avec tous les syndicats, ajoutant qu'il lui est impossible de fermer la permanence du NUM avant le 3 juillet.

"Nous sommes en train de rencontrer les syndicats. Nous espérons trouver un accord", a dit la porte parole Sue Vey à l'agence Sapa, précisant qu'aucune revendication formelle n'avait encore été présentée à la compagnie.

"Nous entendons des rumeurs", a-t-elle précisé. "Ca ressemble à une lutte pour le pouvoir entre syndicats."

La mine de Marikana avait été le théâtre au second semestre 2012 d'une longue et sanglante grève sauvage qui a fait en tout une cinquantaine de morts, dont 34 mineurs abattus par la police le 16 août. Le conflit, qui a duré plus de deux mois, avait été réglé à coups d'augmentations de salaires.

AFP

Ses derniers articles: Journée mondiale des toilettes:  Guinée Equatoriale: le parti au pouvoir remporte les élections  Les Zimbabwéens dans la rue pour demander le départ de Mugabe 

Afrique

AFP

Visite d'Edouard Philippe au Maroc: objectif Afrique

Visite d'Edouard Philippe au Maroc: objectif Afrique

AFP

Mugabe, dernier des "pères de l'indépendance" en Afrique

Mugabe, dernier des "pères de l'indépendance" en Afrique

AFP

Paris et Rabat conjuguent leurs visées économiques en Afrique

Paris et Rabat conjuguent leurs visées économiques en Afrique

mine

AFP

Mali: trois Casques bleus tués et deux blessés par une mine

Mali: trois Casques bleus tués et deux blessés par une mine

AFP

Somalie: 8 morts dans l'explosion d'une mine au passage d'un minibus

Somalie: 8 morts dans l'explosion d'une mine au passage d'un minibus

AFP

Burkina: huit morts dans l'éboulement d'une mine d'or

Burkina: huit morts dans l'éboulement d'une mine d'or

Marikana

AFP

Afrique du Sud: hommage très politique aux mineurs de Marikana tués en 2012

Afrique du Sud: hommage très politique aux mineurs de Marikana tués en 2012

Inégalités

L'ascension du seul milliardaire noir sud-africain est chargée de symboles

L'ascension du seul milliardaire noir sud-africain est chargée de symboles

Droits des femmes

Le combat des femmes sud-africaines contre la culture du viol dans les mines

Le combat des femmes sud-africaines contre la culture du viol dans les mines