mis à jour le

La France est entrée en récession

PARIS (AFP) – (AFP) – La France est entrée en récession avec le recul de 0,2% de son produit intérieur brut au premier trimestre, après une contraction d’ampleur similaire au dernier trimestre 2012, a annoncé mercredi l’Institut national de la statistique et des études économiques.

Une récession correspond techniquement à un recul du PIB pendant deux trimestres consécutifs. Pour l’ensemble de l’année 2012, l’Insee a conservé son estimation d’une croissance nulle, après avoir révisé à la baisse la croissance du troisième trimestre 2012 (0,1% au lieu de 0,2%).

Il a en revanche révisé à la hausse la croissance de 2011, à 2,0% au lieu de 1,7%, après 1,6% en 2010.

L’ampleur de cette récession est sans rapport avec celle de 2009, quand la France avait connu une contraction de 3,1% de son PIB, mais elle confirme que l’activité reste proche de zéro depuis plus d’un an. Une courte récession, évaluée postérieurement par l’Insee, avait également eu lieu au premier semestre 2012 avant une timide reprise au troisième trimestre (+0,1%).

Dans l’immédiat, précise l’Insee, l’acquis de croissance pour 2013 est de -0,3% ce qui signifie que si la croissance était nulle sur les trois derniers trimestres, l’activité économique se contracterait de 0,3% sur l’année.

Pour autant, le gouvernement maintient sa prévision de croissance à 0,1% sur l’année 2013, a indiqué à l’AFP le ministère de l’Economie. Il a confirmé anticiper une reprise au deuxième semestre, “aidée par le contexte européen et les mesures prises en France”.

Consommation en berne

Traditionnel moteur de la croissance en France, la consommation des ménages ne s’est pas ressaisie début 2013 (-0,1% après 0% au trimestre précédent) et les exportations ont baissé de 0,5% sur la même période. La demande intérieure et le solde du commerce extérieur ont contribué négativement à l’évolution du PIB, précise l’Insee.

Autre mauvaise nouvelle, le recul historique du pouvoir d’achat des Français l’an dernier a été encore plus fort qu’initialement annoncé: l’Insee le chiffre désormais à -0,9%, soit plus du double de sa première estimation (-0,4%), qui battait un record de 30 ans.

Dans ses “comptes de la Nation en 2012″ également publiés mercredi, l’Institut revoit à -0,4% la baisse de la consommation des ménages l’an dernier, précédemment estimée à -0,1%. Il s’agit, précise-t-il de “la deuxième baisse depuis l’après-guerre après celle de 1993 (-0,2%)”. Cette contraction est liée notamment au recul marqué des achats d’automobiles (-7%) mais aussi à la réduction des dépenses en hébergement-restauration (-1,5%).

L’Insee a en outre évalué l’inflation en 2012 à 1,9%, après 2,1% l’année précédente. En 2012, le salaire moyen par tête a ralenti son augmentation (+1,9% contre +2,2% en 2011). L’institut observe également que les impôts sur le revenu et le patrimoine payés par les ménages ont accéléré en 2012 (+10,2%) “sous l’effet essentiellement de la mise en oeuvre de nouvelles mesures fiscales, votées avant et après les élections”.

Le déficit se creuse

Côté entreprises, leur taux de marge s’est dégradé de 0,8 point en 2012 par rapport à 2011 et s’est établi à 28,4%, un plus bas depuis 1985 (26,4%), assure l’Insee. Si l’impôt sur les sociétés a fortement décéléré en 2012 (+0,2% après +27,8% l’année précédente), leurs investissements restent en recul (-0,8%).

Sans surprise enfin, le déficit public de la France (Etat, Sécurité sociale, collectivités locales) reste évalué par l’Insee à 4,8% du PIB en 2012 contre 5,3% en 2011, “grâce à une hausse des recettes plus rapide que celle des dépenses”.

La diminution du déficit est imputable essentiellement à l’Etat (-7,7 milliards) et aux administrations de sécurité sociale (-0,8 milliard) mais le déficit des collectivités locales s’accroît lui de 1,6 milliard d’euros, détaille l’Institut.

La dette continue de grimper, à 90,2% du PIB (1.833,8 milliards d’euros), en 2012, après 85,8% (1.716,9 milliards d’euros) l’année précédente.

Le taux de prélèvement obligatoire s’établit à 45%, revu très légèrement à la hausse par l’Insee par rapport à une précédente estimation fin mars (44,9%), et celui des dépenses publiques augmente à 56,6% (55,9% en 2011), inchangé.

LNT © AFP

La Nouvelle Tribune

Ses derniers articles: Peinture : Patrick Jolivet  Le Maroc renforce ses capacités de production en énergie solaire  Plus de 51.000 bénéficiaires de l’Initiative royale “Un million de cartables” 

France

AFP

Génocide: la peine du premier Rwandais condamné en France confirmée en appel

Génocide: la peine du premier Rwandais condamné en France confirmée en appel

AFP

RDC: la France suspend les adoptions

RDC: la France suspend les adoptions

AFP

Foot: match nul 0-0 entre la France et la Côte d'Ivoire

Foot: match nul 0-0 entre la France et la Côte d'Ivoire

récession

AFP

L'Afrique du Sud évite la récession grâce au rebond de sa croissance au deuxième trimestre

L'Afrique du Sud évite la récession grâce au rebond de sa croissance au deuxième trimestre

AFP

L'économie du Nigeria entre en récession

L'économie du Nigeria entre en récession

AFP

Ebola va faire plonger la Sierra Leone et la Guinée en récession

Ebola va faire plonger la Sierra Leone et la Guinée en récession