mis à jour le

AU TERME DE SA GROSSESSE : Fatma Diop, disparait mystérieusement

C'est la stupeur en banlieue, dans le populeux quartier de Yeumbeul Route de Boune où, le mardi 7 mai dernier, vers 21 heures 30, la fille Fatma Diop, âgée de 21 ans, mariée à émigré établi en Italie, a disparu sans laisser de trace. D'après son carnet sanitaire, elle devait accoucher le jour de sa disparition et sa belle-famille, ainsi que sa famille d'origine restent dans le désarroi total. La jeune fille selon certaines indiscrétions serait la s½ur au lutteur « Ness » de l'écurie Lansar.


Dans la famille Diop à la Cité Millionnaire au Kilomètre 16 sur la Route de Rufisque, la nouvelle de la disparation de leur fille, mariée depuis 4 ans à un émigré, a fini d'installer un désarroi total.
La cour de la maison vide réserve un accueil glacial aux visiteurs mais, le maitre des lieux, en l'occurrence, son père garde, cependant, tout son sang froid, même s'il a préféré nous mettre en rapport avec le beau-père de sa fille, un certain Cheick Ndiaye qui réside à Route de Boune et chez qui, la disparue vivait, depuis son mariage.
Rendez-vous fut donc pris avec ce dernier qui nous étale cette nuit qui a fini de faire basculer la famille dans la consternation. Après de brèves présentations, il nous explique : «son mari est mon neveu qui vit en Italie. Le mardi 7 mai dernier, vers 21 heures 30, elle a demandé à sa grand-mère de lui donner de l'argent pour payer des produits cosmétiques. Ayant reçu 2000 FCFA, elle est sortie, accompagnée de sa s½ur. N'ayant pu avoir le produit dans le coin, elle a été obligée d'aller vers le marché Boune où elle n'en verra pas également. Ayant décidé de rebrousser chemin, elle sera, à hauteur du centre d'accueil chrétien, assailli par des maux de ventre aigus. Ne sentant plus ses pieds, elle s'est assise par terre et a demandé à sa s½ur de venir chercher le chauffeur et la voiture pour rallier l'hôpital. Mais, au retour de dernière, en compagnie du chauffeur, la place était vide. Nous en ayant informés, nous accouru et fait le tour du coin et des maternités de Yeumbeul, en plus de l'hôpital du camp, sans la retrouver».
Aussi, les forces de l'ordre ont-elles été saisies sur cette disparition, selon M. Ndiaye qui garde espoir, cependant, de revoir sa belle-fille vivante. «Nous l'avons signalée à la Gendarmerie et à la Police mais, on n'a encore aucune nouvelle, hormis de fausses alertes à Comico Yeumbeul et à Poste Thiaroye. Nous sommes donc là à attendre, tout en demandant à quiconque la verra de nous aviser. C'est un mariage de famille. Sa maman est la nièce de ma femme qui l'a élevée et donnée en mariage à son frère, d'un côté. De l'autre, c'est notre petite-fille. Elle n'a jamais fugué mais, d'après les sages-femmes, des personnes à terme de grossesse sont parfois sujettes à des dépressions. Nous gardons espoir, puisqu'on nous dit que ce sont des amnésies passagères. Et vu son état, j'ose espérer qu'aucun homme ne puisse lui vouloir du mal, d'autant qu'elle n'avait que 2000 FCFA en poche. On se dit que, peut-être, des génies l'ont emportée», se résout le beau-père.
Mamadou DIOUF
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

grossesse

AFP - Camille BAS-WOHLERT

En Suède, le suivi de la grossesse par les sages-femmes a fait ses preuves

En Suède, le suivi de la grossesse par les sages-femmes a fait ses preuves

group promo consulting

Viol suivi de grossesse : Le champion du Sénégal au 400m, placé sous mandat de dépôt

Viol suivi de grossesse : Le champion du Sénégal au 400m, placé sous mandat de dépôt

Actualités

La grossesse litigieuse des gendarmettes

La grossesse litigieuse des gendarmettes