mis à jour le

A Tunis , Laurent Fabius a tenu à mettre l’accent sur la menace terroriste

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, s'est rendu, mardi 14 mai, à Tunis pour évoquer le processus démocratique en Tunisie dirigée par les islamistes d’Ennahdha. Une visite destinée à préparer le premier déplacement sur le sol tunisien du président François Hollande. Le chef de la diplomatie française a affirmé la volonté de Paris d'accompagner la Tunisie sur le chemin de la démocratie.

Lors de cette visite éclair, Laurent Fabius - la plus haute personnalité à se rendre en Tunisie depuis l'arrivée de la gauche au pouvoir en France, il y a un an - s'est entretenu avec son homologue Othman Jarandi, avec le président de l'Assemblée constituante, Mustapha Ben Jaafar, et le président provisoire de la République, Moncef Marzougui.

À l'issue d'un entretien avec le chef du gouvernement provisoire , Ali Laâridh - membre du parti islamiste Ennahda, au pouvoir depuis les élections du 23 octobre 2011 - le ministre français des Affaires étrangères a déclaré avoir « transmis un message d'amitié, de soutien et d'admiration de ce qu'a fait le peuple tunisien », en référence à la révolution du « Printemps » arabe qui a chassé l'ex-président Ben Ali, le 14 janvier 2011.

Joint à Tunis par la chaîne française, BFM.TV, Laurent Fabius, a tenu à mettre l'accent sur les groupes terroristes qui opèrent autour de la Tunisie « notamment en Libye qui est en ce moment dans une situation très difficile », a-t-il précisé. Le chef de la diplomatie française a fait aussi allusion à « ce qui s'est passé au Mali » en soulignant le risque que « ces groupes remontent vers la Tunisie ».

« Nous avons beaucoup parlé de cela, à la fois avec le président provisoire de la République, avec le chef du gouvernement provisoire et d'autres ministres pour dire que nous étions tous solidaires - nous les démocraties - dans cette défense contre les terroristes », a-t-il informé, avant de conclure : « Nous sommes aux côtés de la démocratie tunisienne ».

Laurent Fabius a, par ailleurs, fait savoir qu’il avait discuté, avec les autorités tunisiennes, des initiatives communes qui pourraient être prises pour lutter contre ces groupes terroristes. Des questions qui seront au c½ur de la visite du président français, François Hollande, prévue pour le mois de juillet.

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

Tunis

AFP

Le procès de l'attentat du Bardo s'ouvre en toute discrétion

Le procès de l'attentat du Bardo s'ouvre en toute discrétion

AFP

Deux ans après, le procès de l'attentat de Sousse s'ouvre

Deux ans après, le procès de l'attentat de Sousse s'ouvre

AFP

Un cimetière chrétien saccagé va être réhabilité

Un cimetière chrétien saccagé va être réhabilité

Laurent

AFP

CPI: les juges doivent réexaminer la demande de libération de Laurent Gbagbo

CPI: les juges doivent réexaminer la demande de libération de Laurent Gbagbo

AFP

CPI: décision attendue sur une éventuelle libération de Laurent Gbagbo

CPI: décision attendue sur une éventuelle libération de Laurent Gbagbo

AFP

RFI: Mort de Laurent Sadoux, la voix d'Afrique Midi

RFI: Mort de Laurent Sadoux, la voix d'Afrique Midi

menace

AFP

Nigeria: des syndicats font planer la menace d'une grève générale

Nigeria: des syndicats font planer la menace d'une grève générale

AFP

Evans, le "roi du kidnapping" nigérian plaide coupable sous la menace

Evans, le "roi du kidnapping" nigérian plaide coupable sous la menace

AFP

Lac Tchad: la vie reprend doucement sur les îles malgré la menace Boko Haram

Lac Tchad: la vie reprend doucement sur les îles malgré la menace Boko Haram