mis à jour le

Nord du Mali: Compaoré veut dialoguer avec la rébellion MNLA

Blaise Compaoré, président burkinabé

Le président burkinabè Blaise Compaoré, médiateur dans la crise malienne, a indiqué mardi vouloir « poursuivre le dialogue » avec les groupes armés du nord du Mali, dont la rébellion du MNLA, qui refusent à l'armée malienne l'accès à la ville de Kidal.

 

« Sur la base des acquis de décembre passé, nous envisageons de poursuivre le dialogue avec ces mouvements armés du Nord-Mali pour consolider ces acquis de décembre mais surtout ouvrir la voie de perspectives plus heureuses pour ces élections » prévues en juillet dans le pays, a-t-il indiqué, comme on lui demandait s'il allait oeuvrer au départ de Kidal des groupes armés MNLA et MIA.

 

Fin 2012, M. Compaoré, médiateur pour le compte de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), avait engagé des discussions avec notamment le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), rébellion touareg laïque, qui s'était engagée à respecter l'unité du Mali.

 

Le MNLA contrôle Kidal, une grande ville du Nord malien, avec le Mouvement islamique de l'Azawad (MIA), dissident d'Ansar Dine. Le mouvement islamiste armé Ansar Dine avait aussi participé aux discussions de Ouagadougou.

 

 

Le MNLA et le MIA refusent la présence de l'armée et de l'Etat maliens à Kidal, où sont présents des militaires français à la suite de l'intervention française qui a chassé les jihadistes des grandes villes de la région depuis janvier.

 

 

Reçu le 10 mai par le président burkinabè, le ministre malien des Affaires étrangères Tiéman Coulibaly avait saisi le médiateur de la situation à Kidal.

 

M. Compaoré, qui a quitté mardi Ouagadougou pour participer mercredi à Bruxelles à une réunion de donateurs sur le Mali, a auparavant estimé que « les choses évoluaient dans le bon sens » dans ce pays. « Il reste pour les politiques (à) faire en sorte que nous puissions assurer cette intégrité territoriale pour permettre que ces élections se fassent de façon normale », a-t-il souligné.

 

 

Le président malien de transition, Dioncounda Traoré, a assuré mardi à Bruxelles qu'il « ferait tout » pour que l'élection présidentielle, réclamée par la communauté internationale, débute le 28 juillet.

 

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé 

Compaoré

AFP

Burkina: mandat d’arrêt international contre François Compaoré dans l'affaire Zongo

Burkina: mandat d’arrêt international contre François Compaoré dans l'affaire Zongo

AFP

Burkina: suspension du procès du dernier gouvernement Compaoré

Burkina: suspension du procès du dernier gouvernement Compaoré

AFP

Burkina: nouveau report du procès du dernier gouvernement Compaoré

Burkina: nouveau report du procès du dernier gouvernement Compaoré

rebellion

AFP

Est de la RDC: sept morts dans des combats entre l'armée et une rébellion

Est de la RDC: sept morts dans des combats entre l'armée et une rébellion

AFP

RDC: la rébellion Kamwina Nsapu, un défi tribal

RDC: la rébellion Kamwina Nsapu, un défi tribal

AFP

CPI: reprise du procès de l'un des chefs de la sanguinaire rébellion LRA

CPI: reprise du procès de l'un des chefs de la sanguinaire rébellion LRA

MNLA

AFP

Mali: un groupe pro-Bamako prend des positions rebelles du MNLA

Mali: un groupe pro-Bamako prend des positions rebelles du MNLA

Fiasco

Y a-t-il un plan B au Mali?

Y a-t-il un plan B au Mali?

remake?

Le Mali et le spectre de l'enfer de 2012

Le Mali et le spectre de l'enfer de 2012