mis à jour le

Trafic d'armes vers le Nigeria : Un Iranien condamné à 5 ans de prison

LAGOS : Un Iranien et son complice présumé nigérian ont été condamnés, hier, par un juge nigérian à cinq ans de prison pour avoir importé illégalement des armes en 2010.
"Je les reconnais coupables", a déclaré le juge Okechukwu Okeke de la Haute Cour fédérale nigériane.

L'Iranien, membre présumé des Gardiens de la révolution, était accusé d'avoir illégalement importé 13 conteneurs remplis d'armes d'Iran au Nigeria en 2010. L'Iranien Azim Aghajani et le Nigérian Ali Abbas Jega étaient en détention depuis 2010, dans l'attente du jugement.
Les conteneurs, remplis d'armes, de roquettes et de munitions, avaient été découverts dans le port de Lagos, la capitale économique du Nigeria. Les deux hommes avaient déclaré ces conteneurs comme transportant des matériaux de construction.
Le juge a retenu quatre des cinq chefs d'accusation contre les deux hommes qui risquaient la prison à vie.

Il a indiqué avoir "pris en considération l'appel à l'indulgence de la défense" et la bonne conduite des deux accusés en prison.
Azim Aghajani a nié tout lien avec le puissant corps des Gardiens de la révolution, affirmant être un homme d'affaires menant une transaction commerciale légitime.
La saisie du chargement d'armes avait fait grand bruit, l'Iran étant sous le coup de sanctions de l'Onu à cause de son programme nucléaire, dont une interdiction des ventes d'armes. L'Iran a affirmé que la cargaison d'armes était destinée à la Gambie, dans le cadre d'un accord entre les deux pays, information que ce pays a démentie fermement avant de rompre ses relations diplomatiques avec Téhéran. Le Sénégal avait également rompu ses relations diplomatiques avec l'Iran, qu'il a accusé d'armer la rébellion indépendantiste en Casamance via la Gambie.
M. Aghajani avait été placé, l'an dernier, sur une liste noire des Nations unies pour "soutien au terrorisme international" et les Etats-Unis l'ont également mis sur une liste de personnes soumises à des sanctions.

S'adressant à la Cour avant l'énoncé du verdict, l'Iranien a déclaré que sa détention, "une agonie", dans les prisons nigérianes était "une expérience très triste pour (lui) depuis trois ans".
Le juge a refusé que M. Aghajani purge sa peine de prison en Iran comme le demandait son avocat.
Son complice présumé, M. Jega, a affirmé qu'on lui avait dit que le cargo contenait des matériaux de construction. Il a ajouté avoir été embauché par Azim Aghajani comme intermédiaire pour aider à décharger la cargaison dans le port nigérian. "Je ne savais pas qu'il y avait des armes. Si j'avais su, je n'aurais pas attendu d'être arrêté par la police", a-t-il déclaré, hier, avant le verdict. "Je demande la clémence" de la justice, a-t-il dit. Les armes devront êtres remises au gouvernement nigérian, a décidé la Cour.

AFP

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

trafic

AFP

Ouganda: enquête Fifa pour trafic de billets contre le président de la Fédération

Ouganda: enquête Fifa pour trafic de billets contre le président de la Fédération

AFP

A Agadez, au Niger, l'interdiction du trafic des migrants passe mal

A Agadez, au Niger, l'interdiction du trafic des migrants passe mal

AFP

Calabar, des marchés d'esclaves au trafic de migrants

Calabar, des marchés d'esclaves au trafic de migrants

Nigéria

AFP

Le Nigeria se tourne vers "l'or blanc" en pleine crise économique

Le Nigeria se tourne vers "l'or blanc" en pleine crise économique

AFP

Shell ferme un oléoduc-clé au Nigeria

Shell ferme un oléoduc-clé au Nigeria

AFP

Le Nigeria aimerait en savoir plus sur l'absence de son président

Le Nigeria aimerait en savoir plus sur l'absence de son président

prison

AFP

Affaire Sankara: le général burkinabè Diendéré obtient une liberté provisoire mais reste en prison

Affaire Sankara: le général burkinabè Diendéré obtient une liberté provisoire mais reste en prison

AFP

Maroc: entre deux ans de prison et perpétuité dans le procès de Gdeim Izik

Maroc: entre deux ans de prison et perpétuité dans le procès de Gdeim Izik

AFP

Maroc: peines allant de 2 ans de prison

Maroc: peines allant de 2 ans de prison