mis à jour le

Gilles Le Guen, le «paumé devenu terroriste», interrogé par la DCRI à Paris

Gilles Le Guen, dans une vidéo publiée en octobre 2012

Le jihadiste français Gilles Le Guen est désormais en garde à vue en France. Selon des sources judiciaires françaises, il est interrogé par les enquêteurs antiterroristes, dans les locaux de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), à Paris. Arrêté il y a deux semaines au Mali par des militaires français, il a été transféré lundi 13 mai en France. Gilles Le Guen est arrivé à Paris ce lundi 13 mai, à bord d’un vol régulier. Arrêté il y a deux semaines par les militaires français dans le désert au nord de Tombouctou, il a été expulsé par les autorités maliennes.

A 58 ans, celui qui se faisait appeler « Abdeljellil » fait l’objet d’une enquête en France pour « association de malfaiteurs en vue de la préparation d’actes terroristes ». Il est actuellement interrogé et saura, d'ici trois jours, s’il est mis en examen ou s'il bénéficie d’un non-lieu.

L’enquête de la section antiterroriste du parquet de Paris a en fait été ouverte il y a trois mois. Gilles Le Guen avait été repéré dès septembre dernier dans les rangs d’al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), sur une photo récupérée par les services secrets français.

 

RFI

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

DCRI

Coup de filet

Fin de cavale pour Gilles Le Guen, le djihadiste français le plus recherché

Fin de cavale pour Gilles Le Guen, le djihadiste français le plus recherché

Médias

Quand Al Jazeera fait dans la déontologie

Quand Al Jazeera fait dans la déontologie

Paris

AFP

COP22: négociations sur l'application de l'accord de Paris

COP22: négociations sur l'application de l'accord de Paris

AFP

COP22: une nouvelle marche pour le climat à gravir à Marrakech

COP22: une nouvelle marche pour le climat à gravir à Marrakech

AFP

RD Congo: Kinshasa accuse Paris d'"encourager les extrémistes"

RD Congo: Kinshasa accuse Paris d'"encourager les extrémistes"