mis à jour le

Recasement dans les sites prévus par la mairie : Les tabliers divisés sur la question


Après les déguerpissements de ce samedi, les tabliers sont aujourd'hui divisés sur la question du recasement. Si certains y voient la seule alternative, d'autres ne veulent pas en entendre parler.
Les personnes ayant arpenté les artères du centre-ville se diront certainement qu'un vent de changement est en train de souffler sur Dakar. Surtout ceux qui sont contre l'occupation anarchique de la voie publique. Sur l'avenue Pétavin, tous les tabliers ont été déguerpis. Sur place, il ne reste plus que quelques marchands ambulants, les autres certainement dissuadés par la présence massive des forces de l'ordre. Sur le pied de guerre, la police a déployé la grosse artillerie, sans compter l'aide des agents de sécurité de la mairie de Dakar.
Mais, les tabliers qui se sont reconvertis en marchands ambulants disent être loin d'avoir abdiqué. «Certains de nos responsables sont en pourparlers avec les autorités. C'est eux qui nous disent de ne rien faire, pour le moment. Cependant, si aucune solution n'est trouvée, à l'issue de ces entretiens, on n'aura comme seule alternative que de faire front aux forces de l'ordre, quid à y perdre la vie», assure Ousmane Thiore, marchandises à la main, arpentant les rues du centre-ville.
A côté de ceux-là qui ont décidé de poursuivre la lutte contre les autorités municipales, il y'a ceux qui préfèrent abdiquer. Nous en avons rencontré certains dans le site de recasement de l'avenue Pétavin. Principalement, des femmes, résignées, le discours est le même. «On ne peut pas lutter contre la mairie, elle a le monopole de la force. C'est pourquoi, nous avons décidé d'investir dès maintenant le site. Maintenant, ceux qui pensent que la seule alternative est de faire front aux forces de l'ordre, n'ont qu'à y aller. En tout cas, ce sera sans nous car, nous sommes des femmes», confie Bigué Sow. La quarantaine, la dame est une vendeuses de perles.
Pour régler leur contentieux avec la mairie, les tabliers demandent l'arbitrage du chef de l'état. Sur leurs griefs contre les sites de recasement, ils disent décrier leur étroitesse.
Omar Ndiaye
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

recasement

El hadji Ndiagana MBAYE

DESENGORGEMENT :  Les marchands ambulants opposés à tout recasement provisoire

DESENGORGEMENT : Les marchands ambulants opposés à tout recasement provisoire