mis à jour le

Un Tanzanien inculpé après un attentat contre une église

Un Tanzanien a été inculpé de meurtre dans le cadre d'un attentat début mai contre une église d'Arusha, dans le nord de la Tanzanie, a annoncé mardi la police.

Neuf suspects ont été arrêtés au total depuis cet attentat, selon la police: cinq Tanzaniens, trois Emiratis et un Saoudien.

Les quatre étrangers ont depuis été libérés, sans qu'aucune charge soit retenue contre eux. La presse de leurs pays respectifs a rapporté qu'ils avaient tous quitté la Tanzanie.

"Les investigations menées par l'équipe d'enquête en collaboration avec d'autres spécialistes tels que le FBI et Interpol ont prouvé que ces ressortissants étrangers n'avaient pas de lien avec l'attaque", a indiqué le chef de la police de la province d'Arusha, Liberatus Sabas, dans un communiqué.

L'un des cinq suspects tanzaniens, "Victor Ambrose, a été déféré devant un tribunal et a été inculpé de meurtre et tentative de meurtre" lundi, a-t-il également fait savoir dans ce texte, "les interrogatoires des autres suspects se poursuivent".

"La police appelle la population à fournir toutes les informations permettant de démanteler le réseau terroriste (...) le chef de la police a promis 50 millions de shillings (23.000 euros) à toute personne qui donnera des informations permettant d'arrêter ces gens", rappelle-t-il.

Le 5 mai, durant la messe dominicale à l'église St-Joseph-Le-Travailleur d'Olasiti, un quartier d'Arusha, un engin explosif a explosé sur le parvis où de nombreux fidèles avaient pris place, la nef étant pleine à l'occasion de la première messe célébrée dans cette église dont la construction était tout juste terminée.

Trois personnes ont été tuées et 64 blessées dans cet attentat sans précédent en Tanzanie, pays jusque-là paisible de l'Afrique de l'Est. Selon le communiqué, 31 personnes sont toujours hospitalisées et "leur situation évolue bien".

L'attentat n'a pas été revendiqué et les autorités tanzaniennes n'ont à ce jour donné aucune indication sur les auteurs et motivations possibles de cet attentat, mais les tensions sont vives depuis quelques mois entre chrétiens et musulmans en Tanzanie.

Des incidents liés à un conflit autour de l'abattage rituel du bétail de boucherie ont notamment récemment opposé chrétiens et musulmans dans la région de Mwanza, à 500 km à l'ouest d'Arusha.

A défaut de chiffres officiels, les chrétiens sont estimés représenter la moitié des 43 millions d'habitants du pays et les musulmans un tiers.

AFP

Ses derniers articles: Esclavage en Libye: les migrants "moins bien traités que des animaux"  Crise au Zimbabwe: les présidents sud-africain et angolais  En Centrafrique, l'ombre toujours tutélaire du Tchad 

attentat

AFP

Cameroun: 5 enfants tués dans un attentat suicide

Cameroun: 5 enfants tués dans un attentat suicide

AFP

Yémen: quatre soldats tués dans un attentat suicide

Yémen: quatre soldats tués dans un attentat suicide

AFP

Attentat de Mogadiscio: Paris, Londres et l'UA assurent la Somalie de leur soutien

Attentat de Mogadiscio: Paris, Londres et l'UA assurent la Somalie de leur soutien

église

AFP

Nigeria: au moins 11 morts dans une fusillade dans une église

Nigeria: au moins 11 morts dans une fusillade dans une église

AFP

Douze morts dans une fusillade dans une église au Nigeria

Douze morts dans une fusillade dans une église au Nigeria

AFP

A Tanta, chaos et colère après l'attentat contre une église copte

A Tanta, chaos et colère après l'attentat contre une église copte