mis à jour le

Affaire WIAM: arrestation d’un escroc et usurpateur

Le ministère de la Santé met en garde les citoyens contre certains individus qui diffusent, à travers la presse écrite et des médias électroniques, de fausses informations dans le but de “dénigrer les efforts déployés par les hôpitaux et porter atteinte à leur personnel médical et administratif”.

Le ministère appelle, dans un communiqué, les autorités compétentes à prendre des mesures coercitives rigoureuses à l’encontre du dénommé H.M qui a prétendu être le frère aîné de la fillette Wiam, sauvagement agressée dernièrement, et qui a dénigré les efforts de ce département, dans ses déclarations à des médias écrits, audiovisuels et électroniques, avant d’être arrêté par la police, vendredi dernier, pour “escroquerie et abus de confiance” sur fond de l’affaire de collecte de dons au profit de la victime.

Dans un communiqué, le département de la Santé condamne les agissements de cet individu qui portent préjudice à cette fillette innocente, à travers l’exploitation de son drame à des fins sordides, appelant les responsables à neutraliser ses complices et tous ceux qui commettent des actes pareils.

La même source fait savoir que cette personne avait obligé la fillette Wiam à quitter l’hôpital pour la faire soigner ailleurs, faisant fi de l’avis des médecins, alors que toutes les mesures médicales et cliniques avaient été prises, le 23 avril dernier, pour soumettre la patiente à une opération chirurgicale sous anesthésie totale au centre hospitalier régional de Kénitra où elle avait été admise après les premiers soins reçus au centre hospitalier provincial de Sidi Kacem.

Le prétendu frère avait insisté avec force pour que la fillette quitte l’hôpital, malgré les nombreuses tentatives des responsables du centre de l’en dissuader, vu les préparatifs effectués et les efforts déployés pour prendre en charge la patiente, poursuit la même source, notant que le mis en cause n’avait émis à aucun moment des remarques sur un quelconque manquement hospitalier à l’égard du cas de Wiam, se limitant à avancer que des bienfaiteurs avaient décidé de prendre en charge les frais d’hospitalisation de la victime dans une clinique privée de Casablanca.

Les démarches de sortie de l’hôpital ont été alors entreprises, poursuit le ministère, qui précise que la fillette a passé un jour et trois heures à l’hôpital El Idrissi et non pas quatre jours comme cela a été rapporté dans une vidéo contenant des allégations trompeuses et contradictoires visant à minorer les efforts fournis par le ministère de la Santé pour améliorer les prestations du secteur.

Le communiqué souligne, en outre, que le ministre de la Santé a suivi en personne le cas de la fille suite à son admission dans une clinique privée de Casablanca, tout en donnant ses instructions pour la prise en charge des frais du traitement après l’opération chirurgicale et de réparation esthétique qu’elle a subie.

Depuis son retour de Casablanca jeudi dernier, Wiame suit, dans un pavillon spécial du centre hospitalier régional de Kenitra, un traitement psychologique et de rééducation sous la supervision d’une équipe médicale pluridisciplinaire.

affaire

AFP

Affaire Bolloré: le président guinéen veut porter plainte

Affaire Bolloré: le président guinéen veut porter plainte

AFP

En Afrique du Sud, une affaire de ventes d'armes vieille de 20 ans

En Afrique du Sud, une affaire de ventes d'armes vieille de 20 ans

AFP

Affaire Zuma: un ancien avocat de Thales sort du silence

Affaire Zuma: un ancien avocat de Thales sort du silence

arrestation

AFP

Zambie: arrestation d'un chanteur en fuite

Zambie: arrestation d'un chanteur en fuite

AFP

Egypte: arrestation d'un blogueur qui avait déj

Egypte: arrestation d'un blogueur qui avait déj

AFP

L'ex-présidente du Malawi de retour au pays, malgré la menace d'une arrestation

L'ex-présidente du Malawi de retour au pays, malgré la menace d'une arrestation

escroc

Nabil

Délinquance : Un escroc au col blanc démasqué

Délinquance : Un escroc au col blanc démasqué

LNT

Affaire WIAM: arrestation d’un escroc et usurpateur

Affaire WIAM: arrestation d’un escroc et usurpateur