mis à jour le

Mankeur Ndiaye, Ministre des Affaires Etrangères «C’est Wade qui a chamboulé la diplomatie sénégalaise»

Après la sortie des conseillers et chanceliers se plaignant de la nomination de personnes étrangères au corps des diplomates, la réplique du ministre des Affaires Etrangères ne s'est pas fait entendre. Hier, Mankeur Ndiaye qui dit avoir appris cette sortie, comme tout le monde par voie de presse, attend d'être saisi pour donner des éléments de réponse. Laissant entendre qu'il n'y a pas de fronde au Ministère des Affaires Etrangères, il dira qu'un petit groupe se permet de faire un communiqué sans importance. «L'ancien régime a fait des réformes qui ont déstructuré et déstabilisé le fonctionnement du Ministère des Affaires Etrangères», accuse-t-il.


Pris de court par ce qu'il appelle une sortie médiatique d'un infime groupe, le ministre des Affaires Etrangères n'est pas allé par quatre chemins pour, dit-il, recadrer les choses. Mankeur Ndiaye n'a pas du tout aimé que des diplomates de carrière laissent le chemin du dialogue qui reste leur seule arme, pour se singulariser d'une manière inattendue. «Le Président de la République attache une grande importance à la carrière diplomatique. La diplomatie sénégalaise a beaucoup changé sous Macky Sall. On a besoin de diplomates sur le terrain qui vont rencontrer les investisseurs. C'est cela la nouvelle orientation de la diplomatie», a précisé le ministre. Très en verve, Mankeur Ndiaye a signifié aux auteurs de la sortie que le Ministère n'est pas un Ministère des diplomates uniquement. «Il y a des militaires, des juristes, des économistes, des journalistes, entre autres. Les diplomates de carrière doivent avoir l'esprit ouvert et accepter les autres avec leur expérience et qu'ils puissent contribuer à l'action diplomatique globale», fera-t-il savoir, leur déconseillant la discrimination, car «aujourd'hui, tous les diplomates de carrière qui remplissent les conditions pour être portés à des postes de responsabilité, l'ont été». Poursuivant, il révélera : «récemment, on a nommé des diplomates de carrière qui ont fait douze ans de service comme Ambassadeurs. C'est exceptionnel. La carrière s'est beaucoup rajeunie mais, il y a quand même des réglages à faire. Quand on veut faire une carrière dans la diplomatie, il faut accepter de faire les étapes. On ne peut pas être Premier Conseiller d'Ambassade deux ans seulement après sa sortie de l'ENA. Cela n'existe qu'au Sénégal». Selon toujours le ministre l'ancien régime a fait des réformes qui ont déstructuré et déstabilisé le fonctionnement du Ministère des Affaires Etrangères. «Il est curieux que des diplomates utilisent certaines méthodes pour faire valoir leurs doléances. 99, 99% se démarquent. Ce n'est qu'un petit groupe de quelques personnes qui se permettent de faire un communiqué sans importance», dira-t-il. Aussi, répondant aux auteurs du communiqué, le ministre soutient-il que c'est le chef de l'Etat qui nomme aux emplois civils et militaires les personnes en qui il a confiance, y compris les diplomates de carrière. Selon lui, toutes les nominations sont politiques, parce que faites par l'autorité politique. Le Directeur de Cabinet, le Secrétaire Général et le Secrétaire Général Adjoint sont tous des diplomates de carrière. Autant de choses qui font dire à Mankeur Ndiaye : «dès qu'il arrivait au pouvoir, le Président Macky Sall a pris des mesures importantes, en nommant des diplomates de carrière aux postes les plus prestigieux de notre diplomatie, en l'occurrence, la France et les Etats-Unis. C'est la deuxième fois dans l'histoire du Sénégal qu'un diplomate est nommé Ministre des Affaires Etrangères, en ma personne et c'est toute la corporation qui est ainsi honorée. C'est un acte de reconnaissance pour les diplomates de carrière». A en croire le ministre, Macky Sall s'est rendu compte, quand il est arrivé au pouvoir, que les conditions de travail des diplomates dans les pays limitrophes n'étaient pas les meilleures. «Il a révolutionné, en classant ces pays dans la zone 3. Aujourd'hui, un diplomate en poste à Conakry, Praia, Banjul, Bissau, Bamako, Nouakchott, perçoit le même traitement que son collègue qui est à Washington, Paris, Londres, Moscou et Ottawa», précisera Mankeur Ndiaye qui se dit ouvert au dialogue, au même titre que le Président de la République. «On ne peut pas communiquer avec son Ministre par voie de presse. Ma porte a été toujours ouverte», a-t-il conclu.


Sékou Dianko DIATTA
REWMI QUOTIDIEN








Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

ministre

AFP

Gabon: le ministre d'ouverture Ben Moubamba écarté

Gabon: le ministre d'ouverture Ben Moubamba écarté

AFP

Rwanda: Kagame choisit un inconnu comme Premier ministre

Rwanda: Kagame choisit un inconnu comme Premier ministre

AFP

Congo: démission du gouvernement du Premier ministre Clément Mouamba

Congo: démission du gouvernement du Premier ministre Clément Mouamba

Affaires

AFP

Afrique du Sud: l'inventaire des affaires Zuma

Afrique du Sud: l'inventaire des affaires Zuma

AFP

Nigeria: l'ex-ministre du Pétrole embourbée dans des affaires de corruption

Nigeria: l'ex-ministre du Pétrole embourbée dans des affaires de corruption

AFP

"Biens mal acquis": la défense dénonce une "ingérence dans les affaires d'un Etat souverain"

"Biens mal acquis": la défense dénonce une "ingérence dans les affaires d'un Etat souverain"

Wade

AFP

Sénégal: l'ex-président Wade renonce

Sénégal: l'ex-président Wade renonce

AFP

Législatives au Sénégal: l'ex-président Wade appelle

Législatives au Sénégal: l'ex-président Wade appelle

AFP

Législatives/Sénégal: l'ex-président Wade rentre

Législatives/Sénégal: l'ex-président Wade rentre