mis à jour le

Aida Sougou sur les sorties d’Idrissa Seck : «C’est un homme incohérent. Il ne sera jamais président de la république»

Nouvellement nommée au conseil économique, social et environnemental, Aida Sougou, responsable des femmes apéristes de New York, invitée de l'émission hebdomadaire de Rewmi Fm Lii Cii Rewmi animée par Oumar Gueye, n'a pas raté l'ancien premier ministre Idrissa Seck qu'elle qualifie de versatile.


A la tête de la coordination de New York, comment avez-vous fait pour y supplanter le PDS?

Le président Macky Sall, dès qu'il a lancé sa formation politique, nous a tendu la main, en érigeant même la diaspora comme 15e région du Sénégal. Parce que tous les économistes savent, en termes d'investissements, quel est l'apport des immigrés dans l'économie d'une nation en voie de développement. Nous avons senti cet engagement de Macky Sall qui nous a impliqués dans son programme de développement, contrairement aux autres qui nous exploitaient. C'est pour cela que nous avons réussi à massifier l'APR dans l'Etat de New York.
Est-ce que les promesses de Macky Sall à la diaspora ont été respectées ?
Macky Sall est en bonne voie de respecter ces promesses, pour avoir cassé le décret interdisant les véhicules de plus de 5 ans. Maintenant, avec peu de moyens, les immigrés peuvent envoyer un véhicule à leurs parents. Mieux, il a réduit les taxes sur les billets Dakar Paris, de sorte que nous avons une baisse sur les billets dans cette destination, comme dans d'autres destinations, bientôt. Sur les appels entrants, nous avons aussi constaté des efforts du gouvernement à vouloir réduire les coûts. Certains parmi nous ont été nommés à des postes de responsabilités. Donc, nous avons encore confiance en Macky Sall.
Pourquoi avez-vous décidé de rentrer au Sénégal ?
C'est le Président de la république qui me l'avait suggéré, lors de notre rencontre aux USA, pour l'aider à massifier le parti dans le département de Pikine. Il m'a mise en rapport avec son directoire de campagne, avant 2012. Je faisais la navette entre Dakar et les Etats Unis, rien que pour porter Macky Sall au pouvoir. Dans ce département, j'ai trouvé des frères et s½urs qui m'ont intégrée dans la coordination et nous avons tous travaillé de concert pour chasser Abdoulaye Wade et son équipe de la banlieue.
Actuellement, vous êtes au CESE, assimilé à un camp de recasement et de consolation des militants, êtes-vous d'avis ?
Non, du tout, parce que, sur les 120 membres, seuls 50 ont été nommés par le Président, les autres venant des organisations. Pour moi, c'est un débat vide, l'important étant de bien mener notre mission. Ce conseil est venu à son heure pour régler des conflits sociaux et la demande sociale. Donc, il faut que les gens arrêtent d'avoir de fausses pensées sur cette institution. Ceux qui le diabolisent, ne cherchent qu'à dénigrer le régime. Qui n'est pas concerné par l'avancée du désert et la montée de la pauvreté ? Qu'ils sachent que nous ne sommes pas venus pour dormir, nous sommes là pour les besoins des populations démunies.
Au sujet des divergences entres leaders de Benno, comment analysez-vous les sorties d'Idrissa Seck critiquant la gestion de Macky Sall ?
Idrissa Seck est un homme incohérent, trop versatile dans ses propos. Il se croit plus instruit, pour marcher sur la conscience des sénégalais. Mais, il se trompe lourdement, en oensant pouvoir reconduire les jeux de cache-cache pratiqués sous Wade. Cette comédie ne passera pas car, nous ne pouvons pas comprendre un leader de parti qui a ses représentants dans le gouvernement à des postes clés, qui choisit la presse pour conseiller le Président de la République
Lui avait-on donné l'occasion de s'adresser directement au Président ?
Bien sûr ! Macky est le président le plus accessible. Idrissa Seck le sait très bienl parce que ses camarades comme Bathily, Dansokho et Niasse rencontrent le Président régulièrement. Je pense qu'Idrissa Seck est un homme perdu qui ne sait plus où mettre les pieds, depuis sa déroute à la présidentielle 2012. Il avait fait savoir aux sénégalais, être né pour être président de la république, arrogance à laquelle, les Sénégalais ne sont pas poreux.
Décrypté par Khalil DIEME
REWMI QUOTIDIEN

Rewmi

Ses derniers articles: Remaniement ministériel du 1er Septembre : Comment Mimi Touré a court-circuité Eva Marie Coll  Aliou Cissé:  Nécrologie- Décès du journaliste Abdoulaye Sèye 

sorties

group promo consulting

Pape Maël Thiam sur les sorties d’Idrissa Seck « c’est un homme traumatisé après sa défaite à la dernière présidentielle »

Pape Maël Thiam sur les sorties d’Idrissa Seck « c’est un homme traumatisé après sa défaite à la dernière présidentielle »

group promo consulting

Pape Maël Thiam sur les sorties d’Idrissa Seck « c’est un homme traumatisé après sa défaite à la dernière présidentielle »

Pape Maël Thiam sur les sorties d’Idrissa Seck « c’est un homme traumatisé après sa défaite à la dernière présidentielle »

Actualités

Mali : poursuite des sorties aériennes dans le cadre du dispositif Serval

Mali : poursuite des sorties aériennes dans le cadre du dispositif Serval

homme

AFP

Ouganda: un homme tué lors d'échauffourées avec la police

Ouganda: un homme tué lors d'échauffourées avec la police

AFP

"On ne regrette pas d'avoir connu un homme comme Sankara", confie sa veuve Mariam

"On ne regrette pas d'avoir connu un homme comme Sankara", confie sa veuve Mariam

AFP

En Tunisie, un homme donne une sépulture aux migrants morts en mer

En Tunisie, un homme donne une sépulture aux migrants morts en mer

président

AFP

OMS: le Canada réclame l'annulation de la nomination du président Mugabe

OMS: le Canada réclame l'annulation de la nomination du président Mugabe

AFP

Ethiopie: le président démissionnaire de l'Assemblée évoque un "manque de respect"

Ethiopie: le président démissionnaire de l'Assemblée évoque un "manque de respect"

AFP

Afrique du Sud: l'avenir judiciaire du président Zuma s'obscurcit

Afrique du Sud: l'avenir judiciaire du président Zuma s'obscurcit