mis à jour le

On vous le dit

Plus de 9 km de câbles électriques volés à Médéa       Au moins 9,5 km de câbles électriques en cuivre ont été volés, depuis le début de cette année, dans différentes communes de la wilaya de Médéa, selon la Société de  distribution du centre (SDC). Ces vols ont eu lieu principalement dans des zones rurales, relevant d'une dizaine de communes, à savoir Sidi Zahar, Zoubiria, El Omaria, Berrouaghia, Ouled Deid, Seghouane, Mfatha, Boughezoul et Maghraoua, a indiqué  la même source. L'incidence financière, de ces vols sur la trésorerie de l'entreprise est estimée à 1 667 175 DA, outre les désagréments causés aux centaines d'abonnés des communes touchées. La Société de distribution du centre de la wilaya avait enregistré, durant la même période de 2012, le vol d'une quinzaine de kilomètres de câbles électriques, soit près du double de la quantité de câbles volée en 2011, évaluée à 8700 m, a rappelé la même source.   Le scanner du port d'Alger à l'arrêt   Les importateurs doivent patienter plusieurs jours pour pouvoir récupérer leur marchandise au port d'Alger. Pour cause, le scanner du terminal réservé aux conteneurs est tombé en panne. A cet effet, les services des douanes ont informé, hier, les importateurs par note que le scanner ne sera de nouveau fonctionnel qu'à partir du 18 mai. Entre-temps, c'est la panique chez certains importateurs, qui ne s'attendaient pas à ce genre de panne qui risque de les pénaliser.   La violence urbaine en Algérie à l'étude   La violence urbaine en Algérie et à Oran en particulier, fera l'objet d'une journée d'études qu'abritera, aujourd'hui le Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle (Crasc) basé à Oran, apprend-on auprès des organisateurs. Le programme de cette journée d'études prévoit la présentation de plusieurs communications de chercheurs et universitaires, mais aussi des représentants des services de sécurité et de l'administration judiciaire, qui exposeront leur vision sur la question.     Hausse du nombre d'accidents de la route dans l'est du pays   Le nombre d'accidents de la circulation survenus  en avril 2013 dans l'Est algérien, sur le territoire relevant de la compétence  du 5e commandement régional de la Gendarmerie nationale, a connu une hausse  de 13,31% par rapport à la même période de l'année 2012, a-t-on appris, hier, auprès de ce corps constitué.  En avril 2013, les services de la Gendarmerie nationale ont enregistré  780 accidents de la route ayant engendré 1470 victimes, dont 84 sont décédées,  tandis qu'en avril de l'année dernière, 586 accidents se sont produits, faisant  996 victimes dont 56 décès signalés, a précisé la même source au cours d'une  conférence de presse consacrée au bilan de ces sinistres. Il a également été signalé qu'une analyse succincte des causes des accidents  de la circulation a fait ressortir, une nouvelle fois, la responsabilité des  conducteurs dans 91 % des cas.   La SCHPM s'enlise dans la crise   Alors que les propriétaires de chevaux de course ne se sont pas acquittés de leurs allocations depuis janvier dernier, contrairement à ce que font mine de croire les fonctionnaires du ministère de l'Agriculture et du Développement rural , une pénurie de carnets servant aux paris (tiercé, quarté et quinté) pointe du nez et risque de sonner définitivement le glas de la SCHPM. Une situation inédite et gravissime qui accélère de façon exponentielle la faillite de cette entreprise dont «l'insouciance des responsables n'a d'égale  que la complaisance de la tutelle, pour qui la SCHPM s'apparente à un enfant gâté illégitime» dénoncent les propriétaires de chevaux de courses. Ces derniers ne comprennent pas «comment une société surendettée, incapable d'honorer aucun de ses engagements vis-à-vis de ses partenaires, se permet ces jours-ci d'acquérir une quinzaine de micro-ordinateurs dont une dizaine affectée au service des finances, le principal responsable de cette déconfiture.» Pour ces propriétaires, «le silence de la tutelle s'explique par l'intérêt qui se dessine en filigrane derrière l'attribution des multiples infrastructures de restauration et de loisirs comme les deux salles des fêtes de l'hippodrome du Caroubier  bien plus importantes à leurs yeux que l'activité hippique».

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien