mis à jour le

Nouveau dispositif de contrôle aux frontières

L'Algérie a renforcé la sécurité sur la frontière ouest avec 24 nouveaux points de surveillance. C'est Daho Ould Kablia, ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, qui l'a déclaré hier, lors d'une conférence de presse animée conjointement avec Mustapha Benbada, ministre du Commerce, au siège du ministère de l'Intérieur. La contrebande touche un nombre important de produits alimentaires, dont la plupart sont subventionnés par l'Etat.   Questionné au sujet de la contrebande, M. Ould Kablia estime que les préjudices causés par les trafiquants d'hydrocarbures sont beaucoup plus importants que le trafic qui touche les autres produits, notamment alimentaires. «Nous avons mis tous les moyens nécessaires. Nous avons renforcé la surveillance. Mais le trafic du carburant se fait avec la complicité des gens des deux côtés», affirme le ministre. La frontière, qui s'étend sur 700 km, complique l'opération de lutte contre le trafic de carburant. Néanmoins, M. Ould Kablia considère que la passivité des autorités marocaines complique davantage la lutte contre ce genre de trafic sur la bande frontalière ouest. «Nous sommes doublement pénalisés. Les contrebandiers font sortir le carburant et introduisent des drogues. Nous sommes contraints à importer du mazout en attendant l'exploitation des quatre nouvelles raffineries», révèle le ministre. Ainsi, la bande frontalière algéro-marocaine est une véritable source de nuisance à la fois pour l'économie nationale et la santé publique, comme en témoignent les différentes saisies effectuées par la Gendarmerie nationale. «J'ai soulevé ce problème avec mon homologue marocain. Je lui ai dit que si les autorités marocaines ne font pas d'effort, les choses ne vont pas avancer», rappelle M. Ould Kablia. La légèreté avec laquelle les autorités marocaines prennent ce dossier n'est pas le seul obstacle pour la lutte contre le trafic sur les frontières. Le ministre de l'Intérieur appelle à la réforme du code pénal algérien. «Nous avons envoyé des rapports au Premier ministre. Nous sommes en train de préparer de nouveaux textes», annonce Daho Ould Kablia. Ce dernier estime que «beaucoup de personnes impliquées dans le trafic sur les frontières ont été arrêtées. Mais les sanctions ne suivent pas. Il faut réformer le code pénal». Le ministère de l'Intérieur préconise l'aggravation des sanctions comme seule solution pour mettre fin ou du moins réduire ce phénomène. A propos de la situation sécuritaire qui caractérise les pays voisins, notamment la Tunisie et la Libye, M. Ould Kablia répond : «La sécurité des pays voisins intéresse ces pays-là. Je ne ferais pas de commentaire. Nous sécurisons nos frontières de l'intérieur.» Au sujet de l'infiltration de terroristes provenant de ces pays, M. Ould Kablia nie le fait qu'il existe des terroristes qui s'introduisent en Algérie. Il affirme tout de même que «s'il en existe un ou deux, ils sont arrêtés dans les plus brefs délais. L'incident de Tiguentourine ne se reproduira pas».   

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

contrôle

AFP

JO-2016: l'Egyptien Abdelrahman, vice-champion du monde du javelot contrôlé positif

JO-2016: l'Egyptien Abdelrahman, vice-champion du monde du javelot contrôlé positif

AFP

Libye: le gouvernement d'union prend le contrôle du siège des Affaires étrangères

Libye: le gouvernement d'union prend le contrôle du siège des Affaires étrangères

AFP

Algérie: Bouteflika

Algérie: Bouteflika

frontières

Free visa

L'Afrique pourrait être le premier continent muni d'un passeport unique

L'Afrique pourrait être le premier continent muni d'un passeport unique

AFP

Liberia: Sirleaf appelle

Liberia: Sirleaf appelle

AFP

RDC: Reporters sans Frontières dénonce des "pressions politiques"

RDC: Reporters sans Frontières dénonce des "pressions politiques"