mis à jour le

Les islamistes Européens qui partent en Syrie rêvent « de voir leur drapeau flotter sur Jérusalem et sur la Maison Blanche »

C'est un document de la RTBF ( Belgique ) réalisé par J.Katz, M.Somja, B.Duvilliers, M.Hanquet et diffusé le 30 avril dernier . Il parle des dizaines de Belges et des franco-belges qui ont rejoint les réseaux terroristes en Syrie. Sami est un jeune belge d'origine tunisienne ( un de plus ! ) et Abdelrahmane Ayachi est un franco-belge d'origine algérienne. « Si Dieu le veut, on va mettre le drapeau de la victoire sur Jérusalem et sur la Maison Blanche », promet leur chef islamiste, qui fait ainsi preuve d'ingratitude à l'égard des Etats protecteurs !

On n'ose pas encore indiquer avec précision le nombre de ces terroristes d'origine européenne et de « nationalité » islamiste. Le ministre français de l'Intérieur, Manuel Valls, parle de « plusieurs dizaines de Français apprentis guerriers ». Certains estiment leur nombre à 600, mais une note confidentielle des services belges parle de 2500 djihadistes arrivés en Syrie par les frontières turques, et de près de 900, par les frontières jordaniennes. Voici un article du magazine français Causeur qui relate cette vérité scandaleuse.

Gros émoi en Belgique à la suite des révélations des journaux annonçant que de jeunes garçons issus de l'immigration sont partis combattre en Syrie. Incroyable ! La libre circulation des personnes et des biens inclurait donc aussi celle des combattants de Dieu ? On a connu des scoops plus surprenants...

La plupart de ces jeunes candidats au jihad sont originaires du nord du pays, de Flandre ou de Bruxelles. On parle d'un jeune de 17 ans, originaire de la petite ville de Vilvorde près de Bruxelles. Il s'est fait abattre comme un gibier par un sniper après deux petites semaines de présence en Syrie. Et les bonnes consciences de s'interroger : quelles sont les motivations de ces jeunes combattants ? Inutile de préciser qu'il ne s'agit pas d'aller porter la bonne parole de la démocratie face à la dictature d'Assad mais de tenter d'installer un régime islamiste à Damas. Si l'étonnement qui a suivi ces révélations n'était pas feint, il faut reconnaître que les autorités du royaume pèchent au mieux par naïveté et au pire par aveuglement.

La ministre de l'intérieur, pourtant grande adepte du multiculturalisme, a tapé du poing sur la table afin que les compagnies aériennes contrôlent mieux les jeunes qui s'offrent des petites vacances au Moyen-Orient. Il faut dire qu'un reportage de la télévision publique a fait du bruit. Une équipe de journalistes a suivi deux mineurs de 14 et 16 ans qui se sont envolés vers la Turquie après avoir passé, sans l'ombre d'une difficulté, les contrôles de sécurité. Destination fétiche des agences de voyages vendeuses de soleil à bas coût, la Turquie ne constitue bien sûr qu'une étape sur le chemin de la Syrie. Selon les autorités, il s'agit désormais de vérifier si ces jeunes gens possèdent une autorisation parentale pour effectuer le voyage. Piquées au vif, les compagnies aériennes rétorquent qu'elles n'ont pas à remplir le rôle de la police. De là à imposer un contrôle systématique à tous les Belges, la décision est difficile à prendre. On imagine difficilement l'instauration aux frontières d'un contrôle au faciès ou au prénom susceptible de pousser au suicide au nom de Dieu.

Depuis ces révélations, la presse belge s'est enflammée, comme si elle découvrait que les prêches de certains imams pouvaient être teintés de haine et d'appels à la guerre sainte. Qui parlait de naïveté ? Chacun disserte en vain sur une jeunesse en panne de repères, prête à aller se sacrifier pour un idéal exaltant, loin de nos trop rassurantes démocraties. Les experts se déchirent sur le nombre exacts de guerriers partis pour devenir chair à canon de l'autre côté de la Méditerranée. Les chiffres oscillent entre plusieurs dizaines et... quatre ! De son côté, la ministre a avancé le nombre de mille combattants européens sur le sol syrien. Un imam affirme que douze belges ont déjà été tués dans cette sale guerre. Compte tenu de sa superficie, la Belgique figurerait en première ligne parmi les pourvoyeurs de chair à canon du désert. Même si elle s'avère tardive, l'émotion ressemble quand même à un début de prise de conscience. On commence à découvrir l'existence d'une jeunesse en voie de radicalisation, non seulement par l'intermédiaire de sermons enfiévrés mais aussi à travers les télévisions satellitaires et Internet. Pour autant, le réveil risque d'être de courte durée. Après l'échauffement médiatique, une large frange de la classe politique a appelé au calme pour éviter toute dramatisation de la situation.

Mais pourquoi ne pas plutôt crever l'abcès et tenter d'apporter des solutions de fond à un problème qui n'en est, de toute évidence, qu'à ses prémices ?

 

 

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

islamistes

AFP

Maroc: les islamistes remportent les législatives

Maroc: les islamistes remportent les législatives

AFP

Nigéria: face

Nigéria: face

AFP

Kenya: six tués dans une attaque attribuée aux islamistes shebab

Kenya: six tués dans une attaque attribuée aux islamistes shebab

Syrie

AFP

Maroc: Benkirane recadré après avoir critiqué Moscou sur la Syrie

Maroc: Benkirane recadré après avoir critiqué Moscou sur la Syrie

AFP

Jihadistes: leur nombre a doublé en Libye, mais décline en Syrie et en Irak

Jihadistes: leur nombre a doublé en Libye, mais décline en Syrie et en Irak

AFP

Plus de combattants de l'EI en Libye, moins en Irak et Syrie

Plus de combattants de l'EI en Libye, moins en Irak et Syrie

drapeau

Insolite

En Tunisie, le "plus grand drapeau au monde" ne fait pas l’unanimité

En Tunisie, le "plus grand drapeau au monde" ne fait pas l’unanimité

AFP

Des Tunisiens déploient "le plus grand drapeau du monde"

Des Tunisiens déploient "le plus grand drapeau du monde"

Madiba

 Un Shérif américain refuse de mettre son drapeau en berne pour rendre hommage à Mandela

Un Shérif américain refuse de mettre son drapeau en berne pour rendre hommage à Mandela