mis à jour le

Vie associative : CRAC-MALI, SENTINELLE CITOYENNE

Le Cercle de réflexion et d'action citoyenne (CRAC-Mali) a procédé samedi dernier au lancement de ses activités dans la salle de conférence de l'IHEM. Organisation de jeunes, CRAC-Mali qui a obtenu son récépissé le 4 février dernier, a été créée pour parer à toute dérive de la démocratie dans notre pays.

Le directeur national de la Jeunesse, Moussa Guindo, a expliqué que la volonté du ministère de la Jeunesse et des Sports d'accompagner l'association tient au fait que celle-ci est attachée à la recherche de la bonne gouvernance et au plaidoyer en faveur de la citoyenneté, des objectifs chers au département. Il a invité les jeunes à se mobiliser pour la réussite des élections et demandé aux dirigeants de CRAC-Mali de s'investir pour le devenir de leur organisation. « Je vous invite à mettre l'accent sur vous mêmes, en ne dépendant pas trop de l'aide des partenaires. Il y a des associations qui se créent et disparaissent au bout de six mois, surtout si elles n'ont pas de financement », a-t-il averti.

Le Cercle de réflexion et d'action citoyenne a été créé, annoncent ses promoteurs, pour combattre et dénoncer toute forme d'injustice sociale et de mauvaise gouvernance ; promouvoir les droits de l'homme, le civisme et l'éducation du citoyen et contribuer à l'éveil démocratique au Mali.

Sa présidente, Salimata Togora, explique que le cercle va ½uvrer à la promotion de la citoyenneté, des droits de l'homme et de la démocratie. « Nous comptons participer à la réflexion et à la communication sur les grands enjeux de l'Etat et contribuer à l'émergence d'un journalisme citoyen », a-t-elle précisé. L'association entend par changement « une gouvernance saine, des gouvernants soucieux de leur pays et de leur peuple, une élite qui pense à l'intérêt général avant l'intérêt personnel, des partis politiques avec de réelles visions et des idéaux de développement », a clarifié Salimata Togora.

Pour le directeur général de l'IHEM, Karamoko Kané, il est important que notre jeunesse appréhende ses devoirs et que l'on revalorise cette couche sociale.

CRAC-Mali se propose d'organiser des activités dont des conférences. La conférence inaugurale qui s'est déroulée en marge de la cérémonie a ainsi développé le thème : «  Engagement citoyen des jeunes : leurs droits et devoirs pour l'avènement d'un Mali nouveau ». Elle était animée par des personnalités connues : l'ancien ministre et gouverneur du District de Bamako, Mme Sy Kadiatou Sow, l'écrivain et historien Mamadou Fanta Simaga, le PDG de la Banque nationale de développement agricole, Moussa Alassane Diallo, et le représentant de la direction nationale de la jeunesse, Baba Arby.

La conférence a largement traité de l'engagement citoyen des jeunes, de leurs droits et devoirs dans le processus de reconstruction du Mali ainsi que du rôle de la jeunesse dans le développement socioéconomique de notre pays, des vertus de nos valeurs traditionnelles et culturelles. Les conférenciers ont notamment insisté sur l'importance de l'éducation au sein de la famille, de la communauté et à l'école.

B. M. SISSOKO

 

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A