mis à jour le

Taekwondo, coupe du monde francophone : NOS HUIT MOUSQUETAIRES

On connaît désormais le nom des huit combattants qui défendront les couleurs du Mali à la 9è édition du Championnat du monde francophone de taekwondo qui se déroulera début juin au Vietnam. Il s'agit de Mady Bagayogo du dojo Fourrière (+80kg), Ismaël Coulibaly du Lycée sportif Ben Oumar Sy (-80kg), Samba Niang du Foyer de la catégorie (-68kg) et son coéquipier Seydou Niang (-58kg).

Chez les Filles les élues ont pour nom : Mariam Camara de Fourrière (+67kg), Nana Doumbia du Lycée Badala (-67kg), Sadio Niang du Foyer (-57kg) et Djénébou Touré du Foyer (-49kg). Les huit mousquetaires se sont qualifiés à l'issue du tournoi de sélection qui s'est déroulé samedi dernier au centre Kwan Moon de Baco-Djicoroni. La compétition a été supervisée par le Directeur technique national (DTN) de la Fédération malienne de taekwondo (FEMAT) Me Alioune Badara Traoré et les grands maîtres du taekwondo national.

 ?Composée de quatre combattants garçons et autant de combattantes, la sélection nationale se fixe comme objectif de ramener des médailles. Le Vietnam qui abrite le championnat francophone se trouve sur le continent asiatique et la Fédération malienne de taekwondo (FEMAT) n'a pas les moyens d'assurer le transport  des combattants (environ 1.500.000 F cfa par personne). La fédération a donc demandé le concours financier du département de tutelle, mais pour le moment, le ministère n'a pu offrir que 5 places. Pour les trois places restantes, la FEAMT a décidé de solliciter le concours des bonnes volontés et des sponsors locaux qui accompagnent le taekwondo depuis plusieurs années. 

Le Mali n'est jamais revenu bredouille d'une coupe du monde francophone, souligne le DTN de la FEMAT qui ajoute que l'objectif de la sélection nationale est de remporter au moins 4 médailles au Vietnam. Certes, tous les huits combattants ne sont pas connus du grand public, mais assure Maître Alioune Badara Traoré ils figurent tous parmi les meilleurs athlètes du pays.

Le technicien ajoutera que certains combattants comme Ismaël Coulibaly, Seydou Niang et Samba Niang évoluent au haut niveau depuis plus de quatre ans. Pour le Directeur technique national, le Mali peut faire autant, sinon mieux que lors de la précédente édition.

La coupe du monde francophone, faut-il le rappeler, regroupe tous les pays francophones et met aux prises les équipes nationales masculines et féminines. Chaque pays doit être représenté par huit combattants (catégorie olympique) dont quatre garçons et autant de filles. Pour cette 9è édition, huit catégories sont en lice : les -58kg, -68kg, -80kg, +80kg (chez les garçons), les -49kg, -57kg, -67kg et +67kg (du côté des filles).

Lors de l'édition inaugurale disputée en 2005, Daba Modibo Keïta avait offert à notre pays sa première médaille d'or dans la catégorie des poids lourds. Trois ans plus tard (2008), ce sera au tour de Djénéba Doumbia de remporter le précieux métal, devenant ainsi la première combattante malienne à inscrire son nom au palmarès du prestigieux trophée.

D. C.

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A