mis à jour le

Page noire : Dors en paix, mon général GARBA

Général de Brigade Nigérien, Yaya Seyni Garba

Le Général de Brigade Nigérien, Yaya Seyni Garba, Commandant adjoint des Forces de la Mission Internationale de Soutien au Mali, (MISMA) est décédé le week dernier dans la capitale malienne, avons -nous appris de sources militaires.

 

 

 

La mauvaise nouvelle a rapidement fait le tour de Bamako, capitale du Mali. Une douleur profonde vient de frapper les Maliens encore une fois. C'est la mort prématurée du Général Nigérien  intervenue  le 11mai dernier. Le Général de brigade Yaya Seyni est mort. Il aurait travaillé la vieille jusqu'aux environs de 22 heures tapantes. Garba, comme ses collaborateurs l'appelaient affectueusement était un militaire nigérien  bien formé au métier des armes. C'est lui qui a  été choisi comme deuxième personnalité pour présider aux destinées de la MISMA par le comité des Chefs d'Etats -major de la CEDEAO.

 

 

 

Le Général de Brigade  Yaya  Seyni Garba a assumé dans son pays de hautes responsabilités surtout au sein de la Grande muette. En effet, il fut non seulement  un brillant Chef d'Etat-major de l'Armée de terre du Niger, mais également il a exercé avec brio le devoir qui lui incombait  quand il était dans les services  spéciaux de la présidence de la République nigérienne.

 

 

Avec la mort prématurée du Général Yaya Garba, nous disons que seule l'Histoire permet  de distinguer les hommes en reconnaissant ceux qui ont pu et qui ont  su se faire remarquer par leur sens élevé du devoir, leur patriotisme, leur  don de soi et leur abnégation. Ainsi, l'armée malienne et le peuple du Mali  viennent d'enregistrer une grande perte qui restera gravée dans les annales de l'histoire du Mali.

 

 

Dors en paix mon général, fils du pays de Boubou HAMA, poète et homme de culture décédé en 1982 qui nous a enseigné comme Amadou Hampaté Ba l'histoire et les traditions légendaires qui ont fait et font encore la fierté africaine. C'était lui qui disait : « Quand on reçoit un étranger, il ne faut jamais le chasser, car on ne sait pas pourquoi Dieu nous l'a envoyé. »Que peut-on dire d'un étranger qui est venu avec sa foi et sa détermination de libérer un pays en crise, donner sa vie  pour permettre aux autres de vivre? C'est le travail du héros toujours prêt à mourir  dans le combat que de vivre dans la lâcheté. Dors en paix, mon Général.

 

 

Moussa Welé DIALLO

Mali Web

Ses derniers articles: Atelier de concertation du HCR sur le retour des réfugiés et déplacés du Mali : Les acteurs en conclave pour la facilitation du processus  ORTM / Journal TV 20h du 15 Septembre 2013  L’étrangleur de Bagadadji étranglé