mis à jour le

Guinée : Une école exemplaire

Un bel exemple doit être diffusé et divulgué afin de créer une émulation chez les paires. Lors d'une visite inopinée de travail dans une école guinéenne, l'auteur de cet article a relevé des points importants à partager avec les différents acteurs du système éducatif burkinabè. Cela dans le but d'apporter une modeste contribution aux prises de décisions visant à améliorer le fonctionnement du système éducatif et partant la qualité des enseignements et apprentissages. Lisez plutôt

Un bel exemple doit être diffusé et divulgué afin de créer une émulation. L'école primaire banlieue fait partie de ces exemples à ne pas taire . Cette école de la Guinée, créée en 1956 et relevant de la DSEE de Kindia 4 est située dans la préfecture de Kindia . Evoluant en double vacation, elle compte en cette année scolaire 2012-2013, 1526 élèves, 28 enseignants, 11 salles de classes et 22 groupes pédagogiques.

L'exemplarité de cette école peut être soulignée entre autres au niveau des points suivants :

- Une école publique aux allures d'une école de prestige :

Le premier constat fait en rentrant dans l'école, c'est l'état de propreté de la cour et des murs qui donne l'impression d'être dans une « école de riches » où un personnel spécial est recruter pour veiller à cette propreté. Aucune ordure ne peut être trouvée par terre. A l'intérieur et devant chaque classe sont soigneusement déposés des bidons d'huile découpés qui servent de poubelles et tous les élèves ont l'obligation de déposer les ordures dans ces poubelles plutôt que par terre.

-Une responsabilisation des élèves dès le bas âge :

Comme dans beaucoup d'écoles de la Guinée, il existe un gouvernement élu des enfants à l'école primaire banlieue. Composé d'un premier ministre et d'une dizaine de ministre (propreté et hygiène, discipline, santé, eau, environnement, sport...) il s'occupe des affaires courantes de l'école. Ce gouvernement est élu sur la base des critères suivants :
- 04 députés dont 02 filles et 02 garçons sont élus par classe ;
- Ensuite les députés élisent les ministres ;
- Enfin les ministres élisent le premier ministre.

Chaque ministre est confié à un enseignant qui l'appuie dans ses tâches conformément à un document cadre qui décrit le rôle de chacun.

-Une implication effective des parents d'élèves :

Des membres de l'APEAE sont présents tous les jours ouvrables pour gérer les difficultés quotidiennes. Le jour de la visite, le chargé des infrastructures, ingénieur agronome de son état était présent dans l'école pour aider à la réparation des tables et bancs en mauvais état.

-Un directeur dévoué :

Dans une tenue propre et correcte, le directeur donne envie d'être enseignant.

A la question de savoir s'il devait à nouveau choisir une profession laquelle choisirait-il, sa réponse est sans ambigüité : il ne souhaite pas changer de profession car c'est la profession qu'il a choisi par conviction. Avec l'expérience académique et les relations qu'il acquière dans cette profession d'enseignant, il ne songe pas en changer un jour. Sur les murs sous forme de tableaux de son bureau très propre, figurent les statistiques de l'école (personnel de l'école, élèves, mobilier, planning... ) soigneusement manuscrites.

-Des résultats scolaires éloquents :

Les résultats scolaires de l'école parlent d'eux même également. Le taux de succès au CEP pendant l'année scolaire 2011-2012 convergeait vers les 91% tandis que le taux national (écoles publiques et privées) était de 34% .

Lorsque le manque de ressources financières et matérielles est mobilisé comme argument de l'inaction, des exemples viennent toujours relativiser cette position et démontrer que la force motrice du développement réside dans l'Homme. Avec peu de moyen, mais de la détermination et de la conviction, de grandes ½uvres peuvent être réalisées.

Il existe certainement d'autres écoles partout ailleurs en Afrique et au Burkina Faso en particulier dans l'ombre, qui peuvent constituer des exemples pour les autres. Mais peut-être parce que certaines actions ne sont pas menées, elles restent dans l'anonymat et par conséquent leurs ½uvres ne peuvent servir. Des mesures peuvent donc être prises pour que ces exemples soient connus et créent l'émulation souhaitée chez les autres écoles.

Une des mesures possibles pourrait être l'instauration d'un prix pour les meilleures écoles. En gardant à l'esprit que l'école est une institution qui doit diffuser la trilogie « savoir faire, savoir être et savoir vivre », les critères d'attribution de ce prix pourraient tenir compte d'une combinaison de facteurs (cadre de travail, résultats scolaires, responsabilisation des élèves, implication des parents d'élèves et de la communauté...). La pondération de ces facteurs dans l'indicateur du prix étant retenue en fonction de l'importance et de la place accordée à chaque facteur dans la politique éducative de notre pays.

Nul besoin de préciser que pour atteindre les objectifs escomptés, les critères doivent être les plus objectifs possible et mesurables afin que sans distinction aucune basée sur la localisation géographique, l'appartenance politique...les meilleures écoles soient effectivement celles à récompenser.

L'instauration d'un tel prix pourra être bénéfique à plusieurs niveaux :
- Elle aidera à améliorer la qualité du système éducatif par la compétition créée ;
- Elle permettra à des écoles de tirer exemple sur d'autres reconnues comme meilleures ;
- Elle permettra de valoriser les acteurs à la base (notamment les enseignants) ;
- Par la reconnaissance, elle aidera à redonner la place qu'il faut aux écoles et aux enseignants dans notre processus de développement ;
- Elle incitera les parents d'élèves, les communautés à la base et même les collectivités locales à s'impliquer plus dans la gestion des écoles ;

Adama Tiendrebéogo
Economiste-statisticien
E-mail : [email protected]

Le Faso

Ses derniers articles: Tirage au sort des barrages de la coupe du monde 2014 :  Paroisse de Bissighin : les élèves et étudiants  Coupe OAPI : ONEA en dames et SONABHY en hommes 

Guinée

AFP

Les Ballets africains, étoiles déclinantes de la culture en Guinée

Les Ballets africains, étoiles déclinantes de la culture en Guinée

AFP

"Biens mal acquis": le fils du président de Guinée équatoriale sera jugé en France

"Biens mal acquis": le fils du président de Guinée équatoriale sera jugé en France

AFP

Guinée équatoriale: Obiang, le fils du président renvoyé en procès

Guinée équatoriale: Obiang, le fils du président renvoyé en procès

école

AFP

Ouganda: un ministre fait saisir dans une école un livre trop osé

Ouganda: un ministre fait saisir dans une école un livre trop osé

Tour de France

L'équipe qui veut (re)mettre en selle les écoliers d'Afrique du Sud

L'équipe qui veut (re)mettre en selle les écoliers d'Afrique du Sud

Sciences

Pourquoi l'Afrique a besoin des mathématiques pour accélérer son développement

Pourquoi l'Afrique a besoin des mathématiques pour accélérer son développement