mis à jour le

Hommage à Majid El-Houssi : Au-delà de l’antagonisme Orient-Occident

A l'occasion du cinquième anniversaire de la mort de l'écrivain tunisien de langue française, Majid El Houssi décédé le 10 mai 2008, le département de français de l'Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis et l'Association pour la Culture et les Arts Méditerranéens, ont pris l'initiative d'organiser le vendredi 10 mai courant une rencontre en hommage à l'homme, l'ami, l'écrivain, l'universitaire et l'intellectuel profondément centré sur les problématiques engageant le devenir cultuel de la Méditerranée .

Le 10 mai 2008, Majid El-Houssi a, donc, tiré sa révérence et est parti sans prévenir ni ses proches, ni ses amis, ni ses collègues, ni ses lecteurs. Il est parti sans retour et avec lui les différentes facettes de sa personnalité : le mari, le père, l'ami, l'enseignant, l'écrivain, le fragile, le séducteur et, enfin et surtout, le plus humain et le plus tendre des amis. Majid El-Houssi ne se réclame d'aucun temple ni d'aucun minaret et ne reconnaît ni frontière linguistique ni frontière culturelle ni frontière géographique.

Dans Le Verger des poursuites(1992), Des voix dans la traversée(1999) ou dans Une journée à Palerme (2004), Majid El-Houssi montre et démontre, en citoyen de la Méditerranée, que les méditerranéens sont semblables par les questions qu'ils posent et différents par leurs réponses. C'est pourquoi la voie de la méditerranéité devient celle d'un projet culturel sur la base des synergies créatrices à développer et sur la base de la lutte contre toutes attitudes chauvinistes de repli sur soi qui pullulent soit sur la rive Sud soit sur la rive Nord de la Méditerranée. Selon lui, «l'autre devenait au jour le jour partie de moi : nous luttions tous les deux contre tous les Occidents et tous les Orients qui nous avaient opprimés oudésenchantés.»
"Ceux qui sont engagés dans le combat pour la promotion du droit à la différence contre le formatage des esprits et des comportements, contre l'Unicité et la Totalité puiseront certainement dans l'½uvre de Majid El-Houssi des arguments pertinents pour mener à bien ce combat. Provocation de la pensée et non pensée achevée, les écrits de Majid El-Houssi permettent dans les conditions de notre temps une nouvelle position du problème de la Méditerranée,de la Méditerranéité et de l'esthétique de la diversalité ; trois concepts clefs du débat interculturel au niveau de la Méditerranée et qui demandent à être mobilisés davantage dans les recherches académiques pour contribuer à sortir des confusions courantes répandues par des travestissements idéologiques et politiciens du concept d'identité.

Des universitaires-amis de Majid El-Houssi et des étudiants ont pris part à cet hommage à la fois émouvant et poétique. Chacun a dit à sa façon, c'est-à-dire soit dans l'émotion, soit dans la rigueur scientifique, soit dans le témoignage subjectif l'amitié, si ouverte, si forte et si généreuse et la disponibilité intellectuelle et scientifique auxquelles Majid El-Houssi n'a jamais dérobé sous aucun prétexte. L'émotion devient mémoire ; mémoire que les participants n'ont pas confondue avec l'oraison funèbre. Comme Majid El-Houssi lui-même, les intervenants savent bien qu'il n'y a pas de mots pour dire l'absence irrémédiable de celui qu'on aime et qu'il n'y a pourtant que les mots/maux pour la dire. Par ailleurs, l'idée de Mélanges offerts à Majid El-Houssi en vue de donner plus de visibilité à son ½uvre au sein de l'espace universitaire et culturel tunisien a été lancée et retenue au cours de cet hommage. Le président de l'Association pour la Culture et les Arts Méditerranéens a donné sa parole pour donner corps à ce projet.

Nous continuerons ou recommencerons, donc, de lire l'½uvre de Majid El-Houssi. Sa pensée ne quittera certainement pas ses amis et ses lecteurs. Elle continuera à questionner, transformer bien des manières de penser, de voir l'autre et le monde. Nous continuerons à partager les mêmes idées humanistes, les mêmes rêves incessamment formulés, écrits, réécrits par Majid El-Houssi , et c'est par là que tout commence et recommence pour faire bouger la fragile flamme d'être dont les humains sont les transmetteurs avec ou sans héritage. Pour donner davantage sens à une existence qui relève finalement de l'hypothèse, que l'on peut supposer, rien de plus, rien de moins.

Par Omar Ben Gamra le 13 mai 2013

Tunisie Focus

Ses derniers articles: Dimanche , Ban Ki-moon a reçu le rapport des enquêteurs de l’ONU en Syrie  Une météorite tombe  Journée internationale de la démocratie . Bla-bla-bla chez les arabes 

hommage

AFP

Mali: hommage aux victimes de l'attentat islamiste près de Bamako

Mali: hommage aux victimes de l'attentat islamiste près de Bamako

Sport

Côte d'Ivoire: ultime hommage au footballeur Cheick Tioté

Côte d'Ivoire: ultime hommage au footballeur Cheick Tioté

AFP

Pékin rend hommage

Pékin rend hommage